Partager

Seoul House

Le petit restaurant Seoul House, caché dans l’étroite rue Chabad, dans un magnifique espace en pierre, associe un travail de menuiserie agréable dans un style oriental combinant bois brut et papier et pierre apparente, créant ainsi une sensation d’espace et de plaisir, même dans un lieu assez réduit.

Le restaurant possède un certain nombre de tables standard et un coin avec une plate-forme en bois surélevée, où vous pouvez manger comme en Corée, assis sur des futons (chauffés!) plutôt que sur des chaises.

L’expérience authentique ne s’arrête pas là et les couverts, composés de baguettes en métal et d’une cuillère, sont très similaire à l’original. Tout est écrit en hébreu, anglais et hengeul, l’écriture phonétique coréenne. Seoul House est remarquablement similaire aux restaurants populaires qui se trouvent en Corée du Sud et sert une variété de plats en conséquence.

Sur le comptoir, où l’on commande et récupère les plats, on trouve des maquettes en plastique des plats servis par le restaurant, une sorte de réconfort pour les Israéliens qui découvrent les secrets de la cuisine coréenne et se demandent à quoi leur commande va ressembler.

Une cuisine spectaculaire et fidèle à l’original

Parmi les plats servis au restaurant, le Kimbap, un sushi coréen légèrement plus grand que celui d’origine japonaise, contient du danmuji, un navet aigre rafraîchissant, qui donne une couleur différente au plat. C’est un excellent point de départ pour un repas. La deuxième star du restaurant est le Tacabuki, de petits rouleaux de pâte de riz gluante servis avec de la sauce piquante que le restaurant propose en trois versions: sucrée, salée, et épicée, qui parviennent à vaincre le froid de Jérusalem.

Pour ceux qui ont encore faim après leur Tacabuki, vous pouvez commander des « nouilles de verre » – un plat de base servi dans presque tous les restaurants populaires en Corée du Sud, ou encore  un Bibimbap, un plat de riz cuit à la vapeur avec des légumes colorés disposés de manière spectaculaire autour d’un œuf au plat.

Le plat est servi avec une sauce sucrée et épicée. Il est également important d’expérimenter la variété de cornichons coréens, le kimchi et le plus célèbre: les feuilles de chou en sauce rouge.

Les plats servis sont excellents, mais il est recommandé à ceux qui ne connaissent pas la cuisine coréenne d’en goûter autant que possible, pour satisfaire leur curiosité et leur palais.

Les personnes qui ont d’ores et déjà visité la Corée peuvent voir que les plats rappellent les petits restaurants surpeuplés de Séoul, malgré la nécessité de les adapter au goût israélien et aux exigences de cacheroute.

De drôles d’anecdotes témoignent des difficultés rencontrées par la fondatrice du restaurant, une Coréenne convertie au judaïsme qui a suivi son mari, pour trouver le lieu qui convienne le mieux à un restaurant et pour obtenir des matières premières aussi authentiques que possible.

« Nous espérons que, dans un proche avenir, nous pourrons améliorer le niveau de cacheroute et obtenir un label mehadrin », a déclaré l’une des employées.

L’idée de créer un restaurant servant une cuisine populaire, savoureuse et accessible est une opportunité pour beaucoup, y compris pour ceux qui n’ont as le sens de l’aventure, et c’est sans aucun doute un message pour la ville de Jérusalem en général et la Vieille ville en particulier. Dernier conseil pour les convives: lorsque vous quittez le restaurant, repus et fatigué, faites bien attention en descendant les nombreux escaliers du quartier et marchez lentement et prudemment. Bon appétit !

Source : Israel HaYom

http://www1.alliancefr.com/actualites/jerusalem-restaurant-coreen-culture-exotisme-cacheroute-gastronomie-6075453

 

Partager