Partager

La start-up de biotechnologie strasbourgeoise Defymed (12 personnes) a noué un accord de collaboration avec la société israélienne Kadimastem (32 personnes). Leur projet commun, Encapsulin, vient de remporter l’appel à projets européen Eurostars et bénéficie à ce titre d’un financement à hauteur de 200 000 € (sur un montant global d’1,25 M€). Elles ont su conjuguer leurs deux technologies – le dispositif médical de Defymed associé aux cellules souches à visées régénératrices de Kadimastem – pour proposer une innovation de rupture dans le traitement du diabète, « avec de premiers résultats très prometteurs », en phase préclinique, annonce Séverine Sigrist, présidente de Defymed.

« À l’occasion d’un roadshow en Israël il y a un an, on a été très impressionnés de voir la forte capacité de financement des biotechs là-bas, avec un esprit d’ouverture aux collaborations. Nous avons trouvé qu’ils étaient très en avance dans le domaine de la thérapie cellulaire. Il y a une vraie volonté des pouvoirs publics à faciliter le développement de ces projets, alors que le processus est beaucoup plus complexe en Europe », indique Séverine Sigrist. Celle-ci a déjà noué des contacts avec d’autres biotechs israéliennes « pour d’autres cellules et d’autres dispositifs médicaux ». Le frein des biotechs israéliennes est, selon elle, leur difficulté à changer d’échelle. « Dans le Grand Est, on a déjà des outils pour simuler un environnement de production à échelle réduite : par exemple Merck et son M Lab ou l’usine école Ease, pointe-t-elle. Il y a ici un accompagnement qui est proposé dans l’industrialisation des process. L’association de nos forces peut donc être réellement payante »;

Créé en 2011, DEFYMED est une entreprise qui développe et commercialise des dispositifs médicaux bioartificiels implantables, pour des applications thérapeutiques diverses avec pour premier focus : le diabète de type 1.
Forte de ses compétences en dispositifs médicaux bioartificiels, DEFYMED a été plusieurs fois récompensées par des prix prestigieux au niveau national et international.

Source : Journal des Entreprises

 

Partager