Partager

Avant de rencontrer les dirigeants israéliens, le président du Liberia a été à la rencontre d’acteurs économiques fin février. Aucune signature d’accord au cours de cette visite mais George Weah avait souhaité accroître les échanges entre son pays et Israël.

De Tel Aviv,  Guilhem Delteil

Israël met régulièrement en avant auprès des dirigeants africains ses capacités dans le domaine de l’agriculture. Et c’est par une visite d’un moshav, une coopérative agricole, que George Weah a entamé son séjour. Le savoir-faire israélien dans ce domaine intéresse particulièrement le président libérien. Mais il espère voir Israël investir dans d’autres secteurs également.

« Le Liberia est ouvert aux affaires », a-t-il lancé George Weah en fin d’après-midi à un parterre d’entrepreneurs israéliens. Le potentiel du Liberia est grand, acquiesce la présidente de la chambre de commerce Israël-Afrique. Et Ayala Wittner de souligner que les entreprises israéliennes y sont déjà présentes dans de nombreux secteurs. « Il y a l’infrastructure, l’agriculture, les technologies de l’information, la cyber-sécurité. Tout ce qu’Israël sait offrir au monde, particulièrement à l’Afrique. L’Afrique est un très bon ami d’Israël », a-t-elle dit.

Les relations d’Israël avec le continent sont toutefois marquées par le conflit israélo-palestinien. Mais le Premier ministre Benyamin Netanyahu a fait du rapprochement avec l’Afrique un axe majeur de sa diplomatie. Outre les retombées économiques, il espère en retirer un soutien dans les instances internationales souvent critiques de la politique d’Israël à l’égard des Palestiniens.

http://www.rfi.fr/afrique/20190226-liberia-israel-affaires-george-weah

Le Liberia, en forme longue la république du Liberia, est un pays d’Afrique de l’Ouest bordé au sud par l’océan Atlantique, au nord-ouest par la Sierra Leone, au nord par la Guinée et à l’est par la Côte d’Ivoire. Première nation d’Afrique à avoir obtenu son indépendance en 1847, le Liberia est présidé depuis le 22 janvier 2018 par George Weah. Le pays, qui compte parmi les dix pays les moins développés du monde (avec un indice de développement humain de 0,329), fait partie de la CEDEAO.

 

Partager