Partager
Le Ministère croate de l’Education retire le Journal d’Anne Frank du programme suscitant l’indignation de milliers de croates qui sont plus de 3.000 à avoir signé une pétition demandant à ce que le livre de la jeune fille juive retrouve sa place sur la liste des ouvrages recommandés aux enseignants.

D’ailleurs peut-on y lire, il devrait même être obligatoire. Derrière cette mesure, une tentative des autorités de réduire au minimum la gravité des atrocités commises par les nazis et par les Oustachis, un mouvement séparatiste croate, antisémite, fasciste et anti-yougoslave, responsable de l’assassinat de centaines de milliers de Juifs, Serbes, Tsiganes et Croates antifascistes.

Et en Hollande, un éditeur de manuels scolaires néerlandais, Nordhoff Publishers, affirme dans un nouveau manuel destiné aux écoles publiques, Plein M1, que Jérusalem est un lieu saint seulement pour les musulmans et les chrétiens omettant délibérement les Juifs. Il y affirme également que les Juifs et les Chrétiens ont été globalement bien traités par les Arabes à travers l’histoire.

Sans faire mention des nombreux pogroms perpétrés contre les Juifs dans les pays arabes au 20ème siècle qui avaient provoqué l’exil d’au moins 800 000 d’entre eux. Ce même éditeur avait déjà, dans des livres précédents, accusé Israël de purification ethnique, qualifié Ben-Gourion de criminel ayant « perpétré des crimes effroyables dans les villages arabes » avant et après l’indépendance sans évoquer les crimes arabes à l’encontre des juifs .

« Ce livre est une falsification de l’histoire et de la pure propagande palestinienne » a réagi le Likoed Nederland, un groupe néerlandais pro-israélien.Le ministère néerlandais de l’éducation a été saisi, un ministère à la politique très libérale, qui laisse en général les enseignants choisir leurs manuels.

Un article de Nathalie Sosna-Ofir

Partager