Partager
Alors que des portraits de Simone Veil ont été tagués d’une croix gammée à Paris, soulevant un torrent d’indignation, la sénatrice Fabienne Keller a proposé ce mardi 12 décembre que l’on prête ses traits à Marianne, incarnation symbolique de la République française et dont le buste trône dans les établissements publics.

« Alors que les actes antisémites se sont multipliés au cours des dernières semaines, […] , il s’agit pour l’ensemble des citoyennes et des citoyens Français de se rassembler autour de valeurs et de figures communes fortes et fédératrices. C’est pourquoi nous vous proposons de donner à Marianne les traits de Simone Veil », explique Fabienne Keller dans un courrier au Président de la République transmis à la presse.

« Simone Veil fait partie du cœur et de la conscience collective de notre Nation. Elle incarne la France, son honneur, sa grandeur, son courage et sa dignité en toute situation et dans l’adversité », plaide l’élue proche d’Alain Juppé pour qui celle qui fut aussi la première présidente du Parlement européen offre un « visage rassembleur et un symbole riche de sens pour unir les Français ».

Rappelons qu’il n’y a pas de buste officiel de la République. Chaque sculpteur peut représenter Marianne comme il l’entend, parfois en s’inspirant des traits de célébrités mais pas forcément.

La comédienne Catherine Deneuve ou encore l’ex mannequin Laetitia Casta ont eu cet honneur.

Chaque maire est libre de choisir son modèle, d’où l’importante diversité des bustes de Marianne présents dans les mairies.

L’Association des maires de France (AMF) participe aux concours pour désigner les nouvelles Marianne.

Le choix du président de la République intervient non dans le buste mais dans l’effigie de Marianne sur les timbres de La Poste.

La tradition veut que chaque président inaugure un nouveau timbre au début de son quinquennat.

Depuis samedi, plusieurs inscriptions antisémites d’une grande violence sont apparues sur les murs de Paris, en même temps que des croix gammées sur le visage de Simone Veil, déportée avec sa mère et sa soeur à l’âge de 15 ans dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau.

Le même jour, un arbre dédié au souvenir d’Ilan Halimi, jeune homme de 23 ans décédé en 2006 après avoir été enlevé et torturé parce que juif, a été découvert scié en banlieue parisienne lundi.

Des actions qui ont suscité une vague de condamnations. Mardi, des anonymes ont déposé des fleurs au pied des portraits outragés de Simone Veil. Et son fils a reçu des mains de l’artiste un pochoir de sa mère.

Source Huffingtonpost

Partager