Partager

Les Israéliens débordaient de fierté le vendredi 22 février 2019, date à laquelle le premier engin spatial « blanc-bleu » a décollé avec succès lors de la toute première mission sur la Lune financée par des fonds privés.

Cette initiative marque la prochaine étape de l’objectif déclaré de l’Agence spatiale israélienne visant à «renforcer le leadership relatif d’Israël dans ce domaine et à positionner le pays parmi les principaux pays impliqués dans la recherche spatiale et son exploitation».

En septembre 1948, au plus fort de la guerre d’indépendance et des batailles de l’IAF contre l’armée de l’air égyptienne, la première édition du magazine de l’IAF présentait un article de United Press intitulé «Voler sur Mars : qu’en pensez-vous»?

Auparavant déjà, les périodiques en hébreu et en yiddish publiaient fréquemment des articles sur l’exploration spatiale, tandis que la science-fiction incitait les enfants à regarder vers le ciel, comme dans « The Flight to Mars », un livre de 1947 de l’auteur Yitzhak Avnon sur un garçon et son chien qui s’étaient rendus sur la planète rouge dans un vaisseau spatial.

En 1957, à la veille du Nouvel An juif, l’hebdomadaire pour enfants « Davar Le Yeladim » publia une histoire écrite par « Uri » (Uriel Ofek) avec des illustrations de « Nahum » (l’artiste et illustrateur connu Nahum Gutman).

En rimes de doggerel, les héros du « Magen David to the Moon », deux jeunes kibboutzniks nommés Gad et Rami, réfléchissent sur l’année écoulée et se demandent comment ils peuvent « contribuer à la recherche ». Ils ont eu l’idée de construire un cerf-volant pouvant voler jusqu’à la Lune. Bien que certains scientifiques étrangers adultes tentent de rivaliser en lançant une fusée, les garçons finissent par remporter une médaille d’or.

L’histoire s’est concrétisée quelques mois plus tard avec le lancement, en octobre 1957, du satellite Spoutnik de l’Union soviétique. Tout comme cet événement a poussé les États-Unis à la vitesse supérieure pour remporter la course à l’espace, Israël a été poussé à l’action. Le magazine de l’IAF a consacré presque tout son numéro de décembre au Spoutnik.

Le magazine de l’armée de l’air israélienne a consacré presque tout son numéro de décembre 1957 au lancement du Spoutnik. Image reproduite avec l’aimable autorisation des archives du magazine de l’IAF

Le magazine de l’armée de l’air israélienne a consacré presque tout son numéro de décembre 1957 au lancement du Spoutnik. Image reproduite avec l’aimable autorisation des archives du magazine de l’IAF

Plus important encore, le premier ministre David Ben-Gourion a exprimé son intérêt pour l’exploration spatiale. Lors de l’ouverture de la session d’hiver de la Knesset, alors que Spoutnik était entré en orbite trois semaines plus tôt, Ben-Gourion a déclaré : « Il ne fait aucun doute que l’événement le plus important qui a eu lieu pendant les vacances a été le lancement réussi d’une lune artificielle dans l’atmosphère par des scientifiques russes… Cela ouvre peut-être une nouvelle ère dans la domination de l’homme sur l’espace cosmique.

Ben-Gourion savait que le potentiel de l’URSS pour contrôler le ciel constituait une menace réelle pour Israël, car l’armée de l’air égyptienne avait accès aux technologies avancées de la Russie. De plus, Gamal Abdel-Nasser, alors président de la République arabe unie (l’union de l’Égypte et de la Syrie de 1958 à 1961), avait recruté des scientifiques allemands, anciens nazis, pour travailler au programme d’armement égyptien.

Ces facteurs ont été en partie à l’origine de la création du programme spatial israélien. En 1960, le Conseil national pour la recherche spatiale a été créé en Israël, sous la direction du professeur Ernst David Bergmann. Le 5 juillet 1961, le premier missile israélien, le Shavit 2, un missile à deux étages pour la recherche météorologique, a été lancé dans l’espace depuis la plage de Palmahim Beach.

Shavit 2 a été un échec retentissant, selon un article publié en 2011 dans le magazine Israel Defense à l’occasion du 50e anniversaire de la fusée, qui a révélé des informations auparavant confidentielles.

En 1961, la course spatiale entre les Etats-Unis et l’URSS battait son plein. Nasser dirigeait un programme de développement d’armes qui comprenait des missiles balistiques. Cependant, comme les missiles ne seraient pas prêts à temps pour les célébrations du Jour de la Révolution égyptienne,  » il a été décidé d’acheter quelques petites fusées météorologiques aux Etats-Unis et de présenter leur lancement comme une réussite pour les scientifiques égyptiens dans le domaine spatial « .

Le chef du Mossad, Isser Harel, a présenté ces renseignements à Ben-Gourion, qui a décidé de couper l’herbe sous le pied de Nasser en ordonnant à l’autorité israélienne de développement des armements, Rafael (qui travaillait peut-être déjà sur le projet de missile balistique Jericho), de construire une fusée qui pourrait être lancée dans l’espace avant les Egyptiens.

Israel Defense note avec ironie que, « Il [Ben-Gourion] avait une autre raison : la campagne électorale battait alors son plein, et une telle réussite ne nuirait, bien sûr, ni à Israël ni au parti au pouvoir Mapai ».

En l’espace quelques semaines, la fusée était prête. Le lancement a eu lieu le 5 juillet 1961, en présence d’une vingtaine de personnes dont Ben-Gourion, le ministre des Affaires étrangères Golda Meir, le vice-ministre de la Défense Shimon Peres (qui aurait nommé le Shavit, hébreu pour « comète »), le chef de l’Etat Major, le Général Zvi Zur, le directeur général du Ministère de la Défense A. Ben-Natan, le chef adjoint de l’Etat Major Yitzhak Rabin, le ersonnel de Rafael, des journalistes et autres.

Pour la petite histoire, Ben-Gourion voulait regarder le lancement de près, mais Golda Meir l’a rappelé dans le bunker de protection avant le décollage.

L’annonce officielle publiée dans la presse israélienne était la suivante : « La fusée a été conçue, construite et lancée par une équipe de scientifiques et de techniciens israéliens. Etaient présents au moment du lancement le Premier ministre et le ministre de la Défense, le ministre des Affaires étrangères, le vice-ministre de la Défense, le chef d’état-major et des scientifiques. Les objectifs de l’expérience ont été atteints. »

Immédiatement après le lancement, Ben-Gourion a déclaré : « Ce lancement prouve la capacité des scientifiques israéliens. La fusée est entièrement fabriquée en Israël. »

Les journaux israéliens ont rapporté avec enthousiasme l’effusion de fierté nationale, et la couverture des médias américains, britanniques et français a été très positive. L’URSS, par contre, lui a consacré des reportages tièdes, et la presse arabe, presque aucune couverture.

Dans le journal Davar, le poète et écrivain Natan Alterman a établi un lien entre le lancement du missile et le procès Eichmann alors en cours à Jérusalem. « Le Shavit 2 qui été propulsé au-delà des murs de notre siège et des menaces entourant notre pays juif, a porté la question devant toute la région, témoignant de l’incroyable volonté de vivre dans notre peuple assiégé. Mais mis à part le potentiel militaire…. jamais, depuis la création de l’État, il n’y a eu de réalisation plus importante en matière de sécurité nationale. En vérité, Shavit 2 est peut-être non seulement un outil de recherche pour la prévision météorologique, mais aussi un outil qui aidera, dans son sillage, à l’évolution des conditions météorologiques au profit de l’ensemble de notre région. »

Le refroidissement des températures régionales devrait attendre. En fait, Israel Defense écrit: « Pendant des années, l’establishment de la défense n’a pas publié beaucoup de photos du Shavit 2 ni révélé ses dimensions. En dehors d’une photo de la silhouette de la fusée filmée tôt le matin, plongée dans un panache de fumée, la seule image publiée était celle de Ben-Gourion et de sa suite regardant la fusée alors qu’elle était encore sur le sol. » Le cadrage de la photo était délibérément trompeur, selon Israel Defense, prise sous un angle bas pour donner l’impression que Shavit était beaucoup plus grande que sa hauteur réelle de 3,76 mètres.

Une autre ruse était à l’œuvre : Bien que la première étape du missile ait été couronnée de succès, dans la deuxième étape, la fusée a explosé. En réalité, les objectifs de la recherche météorologique n’ont pas été atteints.

Néanmoins, l’establishment de la défense était satisfait de la performance de Shavit 2. « Le lancement de Shavit 2 a été une avancée importante de propagande pendant une période de grande tension entre Israël et les États arabes… Ben Gourion a reçu des milliers de télégrammes et de lettres, félicitant Israël pour son entrée dans l’ère spatiale.

Deux jours après le lancement, les États-Unis ont annoncé qu’ils allaient vendre un certain nombre de fusées – encore une fois, pour l’expérimentation météorologique – à l’UAR.

Selon l’historien Rafi Mann, les retombées ont été plus importantes, soulignant dans un essai que Ben-Gurion n’était pas à l’abri des opposants qui prétendaient que le lancement n’était rien de plus qu’une manoeuvre de campagne électorale.

« Au sein du Comité des affaires étrangères et de la défense, Ben-Gourion a été invité à expliquer pourquoi il n’a pas consulté le gouvernement avant de décider du lancement, pourquoi Peres et lui ont été photographiés à côté du missile vêtus de vestes militaires, et pourquoi le lancement du Shavit 2 n’a pas été tenu secret. Ben-Gourion a expliqué qu’il avait reçu des informations selon lesquelles l’Égypte était sur le point de lancer un missile, et qu’il fallait que cela soit précipité. En général, dit-il, il n’était pas nécessaire d’accorder une telle importance au Shavit 2, car il ne s’occupait que de recherche météorologique. »

« Mais le contexte politique clair ne pouvait être nié. En fait, personne au sein du Mapai n’a essayé de le faire, et s’il y avait des doutes à ce sujet, ils ont été effacés quelques jours avant les élections lorsque le parti lui-même a publié une illustration d’un missile dans une annonce électorale. »

Il s’agissait d’une affiche déclarant : « N’envoyez pas votre vote dans l’espace ! Votez Aleph – Le Parti ouvrier israélien. »

Lors des élections du 15 août 1961, le Mapai a perdu six sièges à la Knesset, mais Ben-Gourion parvint à former un gouvernement et resta au pouvoir pendant deux ans.

Début 1963, on a appris que des scientifiques allemands aidaient l’Égypte à produire des missiles à longue portée et des armes non conventionnelles. En 1967, après la guerre des Six Jours, le développement des missiles égyptiens a été arrêté.

En 1965, un projet de recherche universitaire appelé Institut de recherche spatiale a été créé à l’Université de Tel Aviv, dirigé par le professeur Yuval Ne’eman, spécialiste du nucléaire. L’Institut est ensuite devenu, en 1983, l’Agence spatiale israélienne (SALAH).

En 1988, Israël est véritablement entré dans l’ère spatiale avec le satellite Ofeq-1 qui a été transporté par un lanceur Shavit – signe avant-coureur de la série d’étonnantes avancées spatiales israéliennes menant à la mission lunaire Beresheet de la semaine dernière – et bien plus encore à venir.

Source : Israel21C
Traduction : Magazine Alliance

Partager