Hassan Nasrallah, membre du Hezbollah, visage d’une campagne prorecyclage… en Israël

By |2019-02-16T10:50:09+03:00février 16th, 2019|Categories: CULTURE|
Partager

Un article de Jean Klein pour Israël Valley. Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah (le « Parti de Dieu »), s’affiche dans les rues de Tel-Aviv, alors qu’il est l’un des ennemis jurés d’Israël, et qui vit dans un lieu secret depuis plus d’une décennie, est devenu le visage d’une nouvelle campagne pour le recyclage lancée par ELA Recycling Corporation.

Un portrait géant de Hassan Nasrallah est apparu, jeudi 7 février, accompagné d’un message : « Je ne recycle pas les bouteilles en plastique. » avec le commentaire : « Nasrallah est coincé dans un bunker depuis douze ans. Quelle est votre excuse ? »

« Le plus important est de secouer l’opinion »Nehama Ronen, la présidente d’ELA, a justifié l’utilisation de l’image de Hassan Nasrallah, figure hautement controversée , pour cette campagne environnementale :

« Nous avons choisi pour cette campagne quelqu’un qui a une très bonne excuse pour ne pas recycler parce qu’il est dans un abri depuis douze ans. Nous savons que cette campagne ne va pas être appréciée par tous et qu’elle est critiquée. Nous savons aussi que, dans le monde arabe, beaucoup n’aiment pas cette campagne. Mais le plus important pour nous est de secouer l’opinion publique et nous avons réussi à attirer l’attention sur le recyclage des bouteilles en plastique. »

L’association a décidé de lancer cette campagne après avoir constaté que les Israéliens pensaient recycler plus de bouteilles en plastique qu’ils ne le faisaient réellement. Une étude effectuée pour le ministère de l’environnement et citée par le quotidien Haaretz concluait en effet en 2017 que seuls 10 % des bouteilles pouvant être recyclées l’étaient réellement, alors que l’estimation d’ELA approchait les 60 %.

Pour la chaîne de télévision libanaise Al-Manar, qui soutient le Hezbollah, l’utilisation de l’image de Hassan Nasrallah dans cette campagne environnementale est « un aveu de plus » que l’influence du leader du parti chiite dépasse celle des dirigeants israéliens.

Source : Le Monde & Israël Valley

Partager