Partager
Reconnu dans la fabrication de matériaux composites, Multiplast n’en finit pas de diversifier ses activités. Le groupe vannetais vient de décrocher la réalisation du fuselage du tout premier avion électrique à passager, de conception israélienne.

Le Vannetais Multiplast (groupe Carboman), leader dans la fabrication de prototype en matériaux composite, est en train d’écrire une page de l’histoire de l’aéronautique.
Dans ses ateliers, bien à l’abri des regards indiscrets, se construit le fuselage d’« Alice », le tout premier avion électrique à passager conçu par la start-up israélienne Eviation Aircraft.
Mondialement réputé dans le domaine de la course au large, le chantier naval s’est depuis plusieurs années diversifié dans la branche industrie (25 % de son activité) en réalisant des cabines de radiotélescope et des dômes de simulateur de vol en hélicoptère Tigre pour Thales ; des radars en carbone pour la Défense, la façade du cinéma Pathé place de Clichy à Paris, les coupoles de la nouvelle cathédrale orthodoxe Quai Branly à Paris sans oublier l’aéronautique, déjà, avec les prototypes d’entrée d’air moteur pour Airbus… Là c’est une pièce volante qui va sortir du moule !

Les atouts de Multiplast

Le partenariat avec Eviation est un peu le fruit du hasard. C’était au mois de mars en clôture du salon européen du composite à Paris…
Yann Penfornis, directeur général, est occupé à démonter le stand de Multiplast lorsque des techniciens d’Eviation tombent en arrêt devant la maquette de Solar Impulse (*).
Première prise de contact, suivie en juillet de la commande du moule du fuselage et l’automne dernier du fuselage lui-même ! Comment l’entreprise Vannetaise a-t-elle réussi à décrocher ce contrat ? « On a fait jouer nos atouts, dit Yann Penfornis.
Notre capacité à réaliser de grandes pièces, à les assembler, à leur proposer un bureau de calcul (Meca à Nantes) pour l’échantillonnage, mais aussi la traçabilité de nos processes, nos références et notre certification aéronautique ».
La réactivité et l’agilité de Multiplast ont sans doute aussi pesé dans le choix de la start-up israélienne, petite structure dotée d’une chaîne de décision courte.

Présentation au Bourget

« Alice », jet d’une douzaine de mètres, pourra accueillir une petite dizaine de passagers, volera à 440 km/h sur près de 1 000 km et sera propulsé par trois moteurs de 350 CV chacun.
Si le fuselage est fabriqué à Vannes, les ailes le seront à Singapour, l’empennage en Angleterre et les moteurs en Allemagne. Des moteurs électriques alimentés par des batteries d’un nouveau concept.
L’équipe d’Eviation va suivre de très près la fabrication qui obéit à un calendrier très précis : le prototype doit être présenté assemblé au prochain salon du Bourget au mois de juin avant le vol d’essai aux USA.
La méthode de fabrication est très proche de celle d’un bateau de compétition. C’est du carbone et du nid d’abeille.
Multiplast a dédié à ce chantier exceptionnel une partie de son bureau d’études et une équipe de 18 personnes.
Ce qui a généré l’embauche de six personnes. « La méthode de fabrication est très proche de celle d’un bateau de compétition, dit le directeur général. C’est du carbone et du nid d’abeille. Eviation cherchait la légèreté, la solidité et la raideur ».
Les trois grandes qualités de ce matériau composite. Le chantier « Alice », un an de travail, représentera environ 15 % de l’activité annuelle du chantier. Pour un chiffre d’affaires équivalent à celui d’un projet Vendée globe.
Multiplast, champion des Formule 1 des mers, est désormais acteur de l’un des grands enjeux de l’aviation du XXIe siècle : la réduction de l’empreinte carbone et des coûts, pour une aviation écologiquement responsable.

(*)L’avion solaire Solar Impulse a été construit par le chantier Decision en Suisse, l’une des entreprises du groupe Carboman.

Partager