Partager

Un article de Jean Klein pour Israël Valley. Le Département des relations internationales d’Afrique du Sud défend l’offre de rachat de la société agro-alimentaire Clover Industries, proposée par le consortium international Milco pour un montant de 4,8 milliards de rands, qui s’inscrit dans le cadre des efforts d’investissement du Président Cyril Ramaphosa.

Certains milieux veulent bloquer l’accord parce que le consortium est dirigé par la Central Bottling Company d’Israël, car ils ne veulent pas qu’une entreprise israélienne de boissons soit impliquée en Afrique du Sud du fait du conflit israélo-palestinien.

Toutefois, le porte-parole du ministère Ndivhuwo Mabaya dit : « Si l’accord est approuvé par les organismes de concurrence et de réglementation nécessaires, nous ne voyons rien de mal à l’accord. » « L’Afrique du Sud est ouverte aux affaires. Un avantage direct réside dans le fait que les produits Clover seront d’avantage exportés. »

Toutefois, il a souligné que l’Afrique du Sud continuerait de travailler avec ses partenaires internationaux sur le conflit entre Israël et la Palestine.

Le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS SA) contre Israël en Afrique du Sud, qui promeut la solidarité avec les Palestiniens, menait la charge en s’opposant à cet accord et cette semaine, BDS SA a rencontré Brimstone Investment, une société d’investissement sud-africaine noire qui fait partie du consortium. Après la réunion, Brimstone a annoncé qu’elle réexaminerait son rôle dans l’opération proposée.

BDS SA a déclaré qu’elle soutenait l’investissement dans le pays, mais qu’elle s’opposait aux investisseurs entachés par les violations du droit international et des droits de l’homme, comme l’était Israël.

Milco a déclaré qu’elle représentait un groupe d’opérateurs et d’investisseurs possédant une vaste expertise internationale et régionale dans les industries laitière, des jus et des boissons et qu’elle était engagée dans l’opération.

Source : Sunday Tribune & Israël Valley

 

Partager