Benny Gantz est attendu sur les problèmes économiques et sociaux.

By |2019-02-27T10:25:51+03:00février 27th, 2019|Categories: EDITORIAL|
Partager

Jacques Benillouche :  » Trois anciens chefs d’État-major, Benny Gantz, Moshé Yaalon et Gabi Ashkenazi, vont entreprendre la bataille la plus dure de leur carrière. Une guerre sans merci, faite d’embûches, de coups bas, de mauvaise foi, de revirements et de haine, qui va leur donner l’impression que le vrai champ de bataille où ils ont crapahuté pendant des dizaines d’années était une sinécure.

Mais Netanyahou a plus d’un tour dans son sac et il va se battre avec acharnement. Il vient de se lier avec l’extrême-droite kahaniste

La campagne commence à peine. Certes les nouveaux venus disposent déjà d’un a priori favorable à l’instar d’un Emmanuel Macron qui a bousculé tous les partis et toutes les prévisions. Quelles que soient ses réussites dans certains domaines, Netanyahou lasse après dix années au sommet.

Les militants le chuchotent à voix basse et l’ont d’ailleurs exprimé ouvertement aux primaires du Likoud durant lesquelles les inconditionnels de Bibi ont été balayés. C’est la force de la démocratie israélienne.

L’exemple de Macron devra servir de leçon. Benny Gantz devra muscler son entourage, devra rassembler au-delà de son propre camp, devra innover et pourquoi pas surprendre par des initiatives iconoclastes.

Il est attendu sur les problèmes économiques et sociaux pour réduire le coût de la vie et ouvrir le marché de l’immobilier aux plus modestes, pour éradiquer la pauvreté dans un pays réputé pour sa haute technologie, pour rassembler la nation autour de l’armée, des juges et de la police.

Les Israéliens attendent de lui qu’il s’exprime précisément et sans langue de bois sur le conflit palestinien, sur l’avenir des implantations et sur l’éventuelle création d’un État palestinien.

Il aura surtout à renouer les liens diplomatiques avec les Occidentaux, les Européens en particulier, parce qu’Israël a souffert de l’absence en titre d’un ministre des affaires étrangères capable de s’expliquer et de dialoguer avec les chancelleries des pays historiquement amis ».

https://benillouche.blogspot.com/2019/02/la-derniere-bataille-des-generaux.html?fbclid=IwAR3DczmyJGYKABLQB1PoVwEK6G4-AwpIRppwJkMORNvxcTICMlOFMoE_gZs

Partager