Tribune : Les traits historiques de Jérusalem sont menacés.

By |2019-01-05T12:21:25+00:00janvier 5th, 2019|Categories: CULTURE, TOURISME|
Partager

Un article de Jean Klein pour Israël Valley. Le journal Le Monde vient de faire paraître une tribune de Ziva Sternhell, maîtresse de conférences émérite à l’Ecole des beaux-arts Bezalel de Jérusalem qui s’inquiète des projets de constructions immobilières que la mairie veut lancer dans la Ville sainte.

Selon elle, les projets qui se trouvent actuellement sur le point d’être approuvés par la municipalité et l’Etat vont faire disparaître les traits historiques distinctifs de Jérusalem, difficilement préservés jusqu’à ces derniers temps.

Si pendant des siècles, la vieille ville a pu préserver aussi bien son caractère médiéval qu’une vue imprenable sur les collines nues et le désert qui l’entourent, les projets de la nouvelle municipalité de droite nationaliste en place depuis 2008 menacent cet équilibre et l’arrivée du nouveau locataire de Moshe Leon risque d’aggraver la situation.

La décision récente d’accorder à Elad un permis de construire pour un colossal centre de visiteurs à vingt mètres seulement des murailles de la vieille ville en est un exemple.

De même est relancé le projet de construction d’un énorme funiculaire qui reliera Jérusalem-Ouest à la vieille ville, jusqu’aux murailles mêmes de la cité historique. Venant de la partie juive de la ville, les touristes atterriront directement au centre de visiteurs situé aux abords du quartier juif de la vieille ville, et agencé et entretenu par les soins des colons en ignorant les quartiers arabes.

Ce projet à exécution est de plus confié à un architecte qui manque d’expérience dans le domaine de la conservation et la préservation de sites historiques et qui propose de mettre en place quatre énormes stations d’embarquement, totalement hors contexte local.

Car, contrairement aux bourdes politiques, des décisions malheureuses en architecture sont généralement irréversibles. Si ce déplorable projet se matérialise, il ne restera, dans quelques années, que des peintures et des photographies pour rappeler le caractère de Jérusalem comme symbole spirituel universel.

Source : Le Monde et Israël Valley

Partager