La start-up israélienne Watergen est au Consumer Electronics Show (CES) 2019.

By |2019-01-09T10:48:12+00:00janvier 9th, 2019|Categories: ECONOMIE|
Partager

Le Consumer Electronics Show (CES) 2019 s’est ouvert ce mardi 8 janvier dans la ville la plus bling-bling du Nevada. Une fois de plus, il a fait salles combles dans les deux centres de conventions répartis sur 255.000 m2 autour des plus grandioses hôtels locaux et de leurs machines à sous, le Venetian et le Bellagio. En tout, 182.000 visiteurs étaient attendus, dont 4.500 exposants, des grandes marques d’électroniques et de grande distribution aux plus modestes start-up lancées dans l’expansion à l’international.

Alors que le salon vire de plus en plus à l’exposition de gadgets tech et peine à montrer de grosses disruptions depuis l’arrivée de l’iPhone en 2007, la Consumer Technology Association (CTA) se veut toujours optimiste et mise sur une  » nouvelle ère de l’électronique grand public (…) Où que vous alliez, le dénominateur commun, ce sera les données « , a expliqué Steve Koenig osant une référence contestable au film Matrix. Selon la CTA, les Américains devraient dépenser 398 milliards de dollars pour s’acheter des appareils électroniques en 2019. Le marché reste saturé côté smartphones et téléviseurs dans les pays développés. Les objets connectés étaient cependant bien à l’honneur de ce CES dans la domotique ou la santé, l’automobile connectée était en vedette et la 5G a compté parmi les sujets tendances, même si elle ne se traduit encore par aucune manifestation concrète. En demi-tente, on peut voir l’affrontement entre Google et Alexa dans les assistants connectés.

Ecrans pliables et 8K, la TV du futur

 » Ce que la science-fiction a imaginé il y a des décennies est désormais une réalité « , a lancé David VanderWaal, le responsable du marketing de LG. Le groupe a su répondre aux attentes en présentant ce 7 janvier une télévision à l’écran pliable.  Cet écran OLED de 65 pouces, soit 165 cm, peut s’enrouler entièrement et disparaître dans sa base qui tient lieu d’enceinte. Le produit pourrait être commercialisé avant cet été pour un prix pouvant atteindre 15.000 euros. LG a présenté d’autres modèles dont un écran ultra-haute définition de 8K (3840 x 2160 pixels), soit le double du meilleur modèle existant.

Se renouveler est un enjeu majeur pour les fabricants mondiaux de grands écrans confrontés à une érosion des ventes. Sony a dévoilé deux téléviseurs géants 8K Full LED de 98 et 85 pouces. Le chinois TCL, 3ème fabricant mondial, a présenté son X10 en QLED 8K. Enfin, Samsung avait déjà présenté un téléviseur 8K au salon IFA de Berlin cette année et a proposé cette fois plusieurs écrans compatibles 8K allant de 65 à 98 pouces. Cette gamme contiendra son assistant vocal Bixby qui contiendra tous les services Google. Avec cette qualité d’image, impossible de déceler encore le moindre pixel. La technologie OLED utilisée offre un bien meilleur contraste. Problème, il n’existe pas encore de contenu télévisé avec ce niveau de précision, à part les images de démonstrations montrées sur les stands. Ca fait cher payé pour des appareils dont le prix devrait attendre plus de 5.000 euros dans leur version  » abordable « .

Le retour de Withings, as de la montre connectée

Withings, la marque française de santé connectée est passée par de nombreux errements ces dernières années. Vendue à Nokia, puis rachetée par son fondateur Eric Carreel, elle voit le CES comme l’occasion de présenter sa nouvelle stratégie de développement d’objets connectés auprès du grand public. Son fondateur mise sur des jolis produits, fabriqués presque tous en France, simples à utiliser et avec une autonomie correcte.

Au CES de Las Vegas, il a présenté la Withings Move, nouvelle montre connectée qui mesure l’activité physique et la qualité du sommeil, vendue dès 69,95 euros. La Withings Move ECG, qui pourrait être commercialisée au deuxième trimestre au prix de 129 euros, propose une mesure d’électrocardiogramme en posant simplement deux doigts sur la couronne métallique. Enfin, Withings a dévoilé aussi le BPM Core, un tensiomètre connecté qui ressemble beaucoup à celui utilisé par votre médecin mais permet de réaliser des mesures plus précises à domicile à ceux qui souffrent d’hypertension artérielle. La marque française va devoir affronter une concurrence inouïe.

Dans les rangées du CES, on ne compte plus les montres connectées imaginées par des marques plus ou moins connues. La start-up Welt a même imaginé une alternative sous forme de ceinture pour homme qui mesure aussi le tour de taille de Monsieur ou le temps qu’il a passé assis dans la journée.

Les innovations tech intéressantes…

A l’entrée du salon, un showcase a sélectionné une série de produits récompensés par différents prix d’innovation du CES. Il y à boire et à manger. La start-up israélienne Watergen a imaginé un appareil qui génère de l’eau potable à partir de l’air. Nami propose un système de batteries rechargeables et imprimables avec des nanofibres imprimées sur une matière à peine plus épaisse que du papier. Wizima a imaginé un jeu de société qui mêle à la fois jeu de plateau, pions, dés et images sur une surface numérique. Tentant. Les urbains seront attirés par le jardin intelligent de Exky, un pot de fleur connecté avec sa lampe de lumière faussement naturelle adaptée au type de plante ou de légume choisi. Plusieurs start-up, proposent un système d’objet connecté pour retrouver ses clefs perdues, à l’image de Chipolo. Que celui qui n’a jamais connu ce problème jette la première pierre.

…et les idées d’objets stupides

Parmi ces objets et ceux de l’espace domotiques, santé et IoT, on ne sait jamais lesquels seront commercialisés auprès du grand public un de ces jours, trouveront une poignée d’adeptes  » early adopters  » et ceux qui resteront au stade de prototype original. Plus gadget, Volta a mis au point un appareil connecté qui reconnaît votre animal de compagnie et sait comment et avec quoi le nourrir. L’Université Hanyang de Corée du Sud a imaginé des contenants en plastiques hypersophistiqués pour conserver les légumes. A y regarder de plus près, la dépense de matière plastique nécessaire pour préserver deux poivrons est ridicule. Coway a inventé le nouveau type de fauteuil de détente et de massage, cette fois basée sur une technique sensée reproduire les sensations de l’acuponcture, sans les aiguilles. Il y a aussi des usages très spécifiques. Ainsi sans le sport, Sense Arena a imaginé un casque de réalité virtuelle et une crosse de hockey connectée pour permettre aux joueurs professionnels de s’entraîner. Basepaws réalise des test ADN pour les chats, sans que l’on comprenne à peut bien servir de savoir que l’animal est sauvage à 20%. Ces innovations ressemblent à une bonne blague. Mais elles font partie du charme des CES.

https://www.challenges.fr/high-tech/tech-que-retenir-du-ces-de-las-vegas-2019_635335

UN ARTICLE DE israelscienceinfo.com : « La pénurie d’eau au niveau mondial n’est pas résolue à court terme. De nombreux pays en développement ne peuvent pas fournir d’eau potable pure à leurs populations. Dans de nombreux lieux habités, l’eau du robinet n’est disponible que quelques heures par jour, elle est même parfois fortement contaminée. Les habitants doivent compter sur l’eau conditionnée (bouteilles ou canettes) comme seule source d’eau potable. Aussi, l’eau atmosphérique est l’une des meilleures solutions disponibles pour se fournir en eau pure, fraîche et potable.

La start-up israélienne Water-Gen va lancer un générateur d’eau atmosphérique résidentiel en 2015. Ce générateur intègre la technologie Genius ™ développé par Water-Gen. L’israélien Arye Kohavi, fondateur et président de Water-Gen, ne prétend pas être le premier à avoir eu cette idée mais son système est « le plus économique et le plus simple à déployer », argumente ce leader charismatique, élu « Global Thinker » en 2014.

Caractéristiques du générateur d’eau atmosphérique :
Production de 3 litres d’eau par kW.
Capacité d’opérer à partir de 8° C et 25 % RH
Purification et stérilisation parfaites.

Coût de l’eau par générateur en Inde : 1,8 roupies par litre (1,6 roupie pour l’électricité et 0,2 consommables), contre 5 à 8 roupies par litre d’eau conditionnée.
Adaptation aux régions sans eau courante ou de mauvaise qualité (Inde, Afrique, Chine…). »

 

Partager