Partager

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Près de 30 ans après le début de la grande vague d’immigration en provenance de l’ex-Union soviétique, qui a commencé en 1989 et qui a amené près d’un million de russophones en Israël à la fin des années 1990, la fête de Novy God est devenue une sorte de baromètre de la place de ces immigrants dans la société israélienne. A cette occasion, les familles se réunissent traditionnellement avant minuit le 31 décembre pour se régaler de mets du vieux pays comme le hareng, le caviar et le pied de veau en gelée, et porter un toast à la vodka et au Champagne pendant la nouvelle année.

La laïcité prononcée d’un grand nombre de nouveaux arrivants a amené de nombreux immigrants à dire qu’ils ont l’impression d’être considérés avec méfiance par les autres Israéliens et qu’ils doivent constamment prouver leur judéité. Et cette année a posé un obstacle supplémentaire à l’acceptation : Il existe une tradition d’inclure l’animal du zodiaque chinois dans les décorations de Novy God, et 2019 est l’année du cochon – un animal injurié dans le judaïsme dont la viande est interdite – ce qui signifie que les marchandises de cette année ont inclus une abondance de cochons en céramique, de peluches et de tirelires.

La Saint-Sylvestre, que de nombreux Israéliens séculiers célèbrent dans les clubs et les restaurants le 31 décembre, a longtemps été appelée « Sylvester », parce qu’elle coïncide avec une fête catholique traditionnelle dédiée au saint de ce nom.

Une enquête récente menée par le Jewish People Policy Institute, un groupe de recherche basé à Jérusalem, a révélé que 38 % de la population juive en Israël ne savait pas ce qu’était Novy God – ce qui signifie que plus de 62 % le savaient. Preuves d’un début d’assimilation : les journaux ont consacré des chroniques alimentaires aux recettes traditionnelles de Novy God, et une publicité de supermarché sur la radio publique israélienne s’ouvre avec une femme s’exclamant « Novy God ! » à propos des rabais importants.

Source : New York Times & Israël Valley

 

Partager