Partager
Le ministère israélien de la Défense a suspendu la licence accordée à la société Aeronautics Defense Systems (ADS) qui fabriquait et vendait des drones d’attaque à l’Azerbaïdjan qui désirait lors d’une démonstration les utiliser contre les forces arméniennes en Artsakh.

Il a été signifié à la société israélienne par la Bourse de Tel-Aviv qu’elle ne pouvait pas exporter ses drones à l’étranger car elle faisait l’objet d’une enquête judiciaire.

Plusieurs personnes dont le directeur général d’Aeronautics Defense Systems (ADS) Amos Matan et son adjoint Meïr Rizmovitch ont vu leur activité bloquée jusqu’au jugement de l’affaire.
Une enquête menée en septembre 2017 a été réalisée et son contenu doit rester secret.
En août 2018 l’Aeronautics Defense Systems vit l’interdiction provisoire de vendre à l’étranger ses drones tueurs Orbiter 1K.
L’un de ces drones israéliens de type Harop était à l’origine de la mort de 7 Arméniens tués dans l’explosion de leur voiture en avril 2016 alors qu’il se rendaient au front de l’Artsakh.
Le journal « Maariv » avait informé que lors d’une démonstration d’Orbiter 1K par des techniciens d’Aeronautics Defense Systems en Azerbaïdjan, des militaires Azéris avaient demandé à ces techniciens israéliens d’expédier l’un de ces drones sur les positions arméniennes à la frontière de l’Artsakh.
Les Israéliens ayant refusé cet ordre avaient été renvoyés en Israël.
Le journal avait alors révélé que les Azéris désiraient filmer une attaque de drone sur les soldats Arméniens afin de réaliser un objet de propagande au service de l’armée azérie.

Source Armenie News

http://koide9enisrael.blogspot.com/2019/01/suspension-de-la-licence-de-la-societe.html#more

Partager