Colloque à Paris : Le Judaïsme : une tache aveugle dans le récit national.

By |2019-01-08T09:15:02+03:00janvier 8th, 2019|Categories: CULTURE, EDUCATION, FRANCE-ISRAEL|
Partager

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Le musée d’art et d’histoire du Judaïsme, ouvert à Paris depuis 1998, organisera les jeudi 17 et vendredi 18 janvier un colloque sur la place du judaïsme dans le récit national français,  sous la direction de Paul Salmona, directeur du mahJ, et Claire Soussen, université du Littoral et Nouvelle Gallia judaica.

Si de nombreux chercheurs–historiens, archéologues, linguistes, sociologues, conservateurs, érudits, collectionneurs, amateurs… se sont attachés à la mise au jour des vestiges et des documents qui éclairent la connaissance de la présence juive sur le territoire de la France actuelle de l’Antiquité à nos jours, très peu de synthèses et moins encore de manuels scolaires ou universitaires mentionnent cette présence comme un trait significatif de l’histoire de notre pays, ou évoquent ses moments marquants, qu’ils soient tragiques (persécutions, autodafés, spoliations, expulsions…) ou favorables (autorisations de résidence et de culte, émancipation, intégration, sauvetage…).

L’« histoire de France » fait presque toujours l’impasse sur la présence juive, sur sa spécificité dans l’histoire européenne comme sur son apport particulier à l’identité de la France. Aussi, à l’occasion des vingt ans du musée d’art et d’histoire du Judaïsme, ce colloque se propose d’analyser les ressorts de cette « tache aveugle » et de faire le point sur les moyens de mieux intégrer la présence des juifs dans l’histoire générale de la France – en dehors de toute logique communautariste –, dans son enseignement scolaire et universitaire, dans la politique patrimoniale (archéologie, muséographie, protection des monuments historiques…) ainsi que, plus généralement, dans le « récit national ».

Le colloque a pour but de s’interroger sur le hiatus entre un abondant corpus universitaire et les représentations communes. Il en va non seulement de l’appréhension de la juste place des juifs dans l’histoire de France, mais aussi de la représentation que se font les Français de leurs origines et de la genèse de leur nation.

Programme sur le site du mahJ

Partager