Partager

La grande majorité des échanges internationaux étant assurés par des navires hauturiers, l’automatisation de tout ou partie de ce mode de transport a d’énormes conséquences positives.

De nos jours, on parle beaucoup de voitures autonomes. Des véhicules associant capteurs intelligents et intelligence artificielle ont déjà pris la route et de plus en plus de véhicules autonomes font l’objet de tests.

Lorsque nous parlons de transport autonome, nous faisons généralement référence aux avions, aux trains et aux automobiles. Les vols des compagnies aériennes commerciales sont assurés par des pilotes automatiques, et le conglomérat multinational Rio Tinto PLC vient de dévoiler son système ferroviaire autonome pour le transport du minerai de fer en Australie.

Maintenant, la navigation autonome est enfin sur le point de décoller.

La grande majorité des échanges internationaux étant assurés par des navires hauturiers, l’automatisation de tout ou partie de ce mode de transport a des effets externes positifs considérables. Des milliards de tonnes de marchandises sont expédiées chaque année, ce qui représente un fret de plus d’un billion de dollars et un chiffre d’affaires de plusieurs milliards.

Dans ce secteur, même de petites mesures d’économie peuvent avoir des répercussions énormes, non seulement pour les fabricants et les expéditeurs, mais également pour les consommateurs, qui sont susceptibles de voir des économies tangibles sur les marchandises expédiées à l’étranger, peut-être sur leur tout nouveau produit Instant Pot.

Les bateaux autonomes peuvent également offrir plus que de simples performances dans leur capacité à fonctionner 24h / 24 et 7j / 7. Ils peuvent réduire bon nombre des dangers associés aux opérations en haute mer. En effet, alors que les coûts économiques de la piraterie sont en train de chuter, en partie à cause d’une coopération mondiale accrue, les conséquences financières de la piraterie sont encore énormes. Ils comprennent plus d’un milliard de dollars américains en biens perdus, ainsi que des centaines de millions de dollars de dépenses irrécupérables au profit de sous-traitants privés de la sécurité, de patrouilles et d’interventions militaires. Sans parler des coûts de délais d’expédition. Et tandis que les corsaires somaliens sont à la baisse, les incidents au Nigéria, beaucoup plus violents, sont en augmentation.

 

Source : israelValley & Calcalist

Partager