Vient de paraître : « Trois étages » d’Eshkol Nevo.

By |2018-12-29T10:21:55+03:00décembre 29th, 2018|Categories: CULTURE, FRANCE-ISRAEL|
Partager

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Eshkol Nevo, né à Jérusalem en 1971, vient de faire paraître un nouvel ouvrage, « Trois étages ». Celui-ci n’est pas un roman, mais plutôt trois nouvelles dont les interconnexions sont ténues et qui se déroulent toutes dans un appartement aux environs de Tel-Aviv où tout est parfait et en ordre, de l’extérieur “un havre de paix” mais derrière les portes blindés… Trois étages, trois familles de la bourgeoisie moyenne qui y vivent.

Qui sont-ils ? Au premier étage, un ancien officier de l’armée qui devient paranoïaque et soupçonne un vieux voisin d’avoir abusé de sa fille ; au deuxième, une femme délaissée par son mari, solitaire et très perturbée ; au troisième, une ancienne juge d’instruction, veuve, qui participe à un mouvement social initié par la jeune génération.

Ces trois récits prennent l’allure de monologues : le premier s’adresse à un ami, la deuxième écrit une longue lettre, la troisième laisse des messages successifs sur l’ancien répondeur téléphonique de son époux décédé. Plus que des appels au secours, ces histoires sont des tentatives de sortir de l’isolement, de communiquer et de raconter des vies qui empruntent des chemins douloureux.

Plusieurs niveaux de lecture sont possibles.  Les trois étages peuvent se voir à travers la topique de Freud avec le ça, le moi et le surmoi. On peut aussi y lire un état des lieux de la société israélienne  en crise identitaire depuis plusieurs années, mais c’est aussi une évocation intime et psychologique de personnages complexes dont les failles béantes laissent entrevoir une dépression latente

En 2008, « Quatre maisons et un exil » d’Eshkol Nevo a été distingué notamment par le prix de la Fondation France-Israël et le prix FFI-Raymond Wallier au Salon du Livre (Paris, 2008), avait reçu un accueil favorable en France. Il est resté pendant de longs mois sur les listes des meilleures ventes en Israël. Son auteur enseigne l’écriture créative à l’académie des Beaux-Arts de Bezalel, à l’université de Tel-Aviv et au Collège Sapir.

Source : Babélio et Israël Valley

 

Partager