Partager

Un article de Jean Klein pour Israël Valley. Israël Ziv, général à la retraite de l’armée israélienne est frappé, ainsi que trois entreprises qu’il contrôle, par des sanctions américaines pour sa participation présumée au conflit du Sud-Soudan, ce qu’il nie.

Le Trésor américain l’accuse d’utiliser un cabinet de conseil agricole pour couvrir des ventes d’armes d’une valeur de 150 millions de dollars au gouvernement de Juba tout en armant l’opposition. Selon l’accusation, il aurait également prévu d’organiser des attaques de mercenaires contre les champs pétroliers et les infrastructures du Sud-Soudan, dans le but de créer un problème que seules sa société et ses filiales pourraient résoudre.

Interviewé par la radio de l’armée israélienne, Ziv a déclaré qu’il n’avait jamais fait l’objet d’un trafic d’armes et a qualifié les accusations portées contre lui de « ridicules, sans fondement, complètement éloignées de la réalité ».

« Nous avons un projet d’agriculture extraordinaire là-bas… dont dépendent de nombreuses communautés, qui emploie des dizaines de milliers de personnes et alimente le marché du Sud-Soudan. Donc, quiconque prétend que ce projet est une couverture devrait venir le voir. »

L’administration Trump s’est fait le champion des embargos internationaux sur les armes contre le Sud-Soudan pour faire pression sur le président Salva Kiir afin qu’il mette fin à la guerre civile et à la crise humanitaire dans le pays.

Deux ressortissants du Sud-Soudan, Obac William Olawo et Gregory Vasili, sont aussi cités aux côtés de Ziv dans l’avis de sanctions du Trésor américain de vendredi.

Le Soudan a éclaté en conflit en 2013 après que Kiir ait limogé Riek Machar au poste de vice-président. Les combats à caractère ethnique se sont rapidement répandus, fermant des champs de pétrole et contraignant des millions de personnes à fuir. Selon certaines sources, au moins 383 000 Sud-Soudanais sont morts des suites de la guerre, au combat, de famine, de maladie ou d’autres facteurs.

Source :Reuters & Israël Valley

 

 

Partager