Partager

La neige est tombée cette semaine sur le Hermon et la station a pu ouvrir ses portes ce dimanche matin. Entre 5 et 10 cm de neige se sont amassé sur les pentes et cela devrait tenir car la température au niveau supérieur est de 1 degré, 4 degrés au niveau de la station. Le ciel est clair et le soleil brille, bref, une belle saison qui s’annonce. (http://koide9enisrael.blogspot.com/2018/12/la-station-du-mont-hermon-ouvert-ses.html)

Le mont Hermon (appelé en hébreu : הר חרמון, Har Hermon ; et en arabe : جبل الشيخ, Djabl as-Sheikh, soit « montagne du cheikh » ou « mont enneigé » ou Haramoun) est une montagne de l’Anti-Liban, culminant à 2 814 mètres d’altitude. Le sommet se situe à la frontière entre la Syrie et le Liban. L’extrémité méridionale de la montagne se trouve sous occupation israélienne depuis sa conquête à l’issue de la guerre des Six Jours en 1967. Selon la version israélienne des évènements, cet objectif ne fut fixé qu’à la fin du conflit afin de mettre un terme aux salves de roquettes lancées régulièrement depuis la Syrie.

Lorsque les neiges des versants occidental et méridional du mont Hermon fondent, l’eau libérée s’engouffre alors au sein du réseau de cavités dans la roche. Ces eaux viennent alimenter les sources situées à la base de la montagne, donnant ainsi naissance à plusieurs torrents et rivières. Les eaux s’écoulent dans les rivières Hasbani, Dan, Hermon et leurs affluents, et se jettent dans le Jourdain et le lac de Tibériade. Les autres, plus au nord de la montagne, se jettent dans les rivières Amana et Parpar, en Syrie. D’autre part, le ruissellement des eaux au-delà du front de neige contribue à fertiliser les contreforts du mont Hermon, où les plants de vignes, pins, chênes et peupliers sont nombreux. Le contrôle du mont présente aussi de l’importance dans la prévention de la déforestation et de la pollution.

Partager