Partager

L’intelligence artificielle est en train de pénétrer dans tous les domaines de la vie. Des véhicules automatiques à la cybersécurité, de la médecine à l’agriculture. Elle révolutionne les modes de vie et poussera en avant les économies des pays qui sauront le mieux la développer. Israël fait indéniablement partie de ceux-là.

La société Asgard, basée à Berlin et spécialisée dans l’intelligence artificielle, a établi un classement mondial des pays en fonction du nombre de start-up dans ce domaine d’avenir. Les trois premières places sont tenues par les Etats-Unis, avec 40% des start-up mondiales en ce domaine, suivis par la Chine et Israël qui détiennent chacun 11% du nombre de start-up mondiales. Israël devance donc des pays comme le Japon, la Corée du Sud et tous les pays européens. Montréal est devenu un centre importatnt.

Selon un article récent de usine-digitale.fr : « Montréal, la métropole québécoise, voit affluer les centres de recherche en intelligence artificielle des grandes entreprises mondiales depuis plus d’un an. Le fruit d’une stratégie collaborative entre les milieux universitaires, les entreprises et les gouvernements.

Le Super Bowl de l’intelligence artificielle. C’est par cette référence au championnat de football américain qu’un quotidien québécois a qualifié la conférence NeurIPS (pour Neural Information Processing Systems) qui se déroulait du 2 au 8 décembre dernier, à Montréal. La plus grande conférence mondiale sur l’intelligence artificielle (IA) réunissait en effet, pour sa 32e édition, 8 000 experts du sujet, dont les plus grands spécialistes mondiaux. Preuve de l’engouement pour l’événement : les tickets pour y assister se sont arrachés… en seulement quelques minutes !

La désignation de Montréal comme ville hôte de cette conférence est tout sauf un hasard, tant la métropole québécoise est à la pointe en la matière. Trois entreprises britanniques en IA, QuantumBlack, WinningMinds et BIOS, ont d’ailleurs profité de l’occasion pour annoncer l’ouverture de bureaux sur les bords du Saint-Laurent, représentant 130 emplois d’ici les trois prochaines années.

Elles s’ajouteront ainsi aux nombreux géants du numérique, déjà présents sur place. Google, IBM, Facebook, Samsung… tous y ont ouvert au cours des deux dernières années un laboratoire en IA. Sans oublier Microsoft, qui a racheté l’an passé la start-up montréalaise en apprentissage profond, Maluuba, l’américain Techstars qui y a lancé son accélérateur en IA ou encore les entreprises françaises Thalès et Havas qui y ont installé leur centre d’innovation en IA.

La quête des “talents” montréalais

« Depuis un an et demi, l’intelligence artificielle est devenue le meilleur argument de vente pour attirer des entreprises étrangères à Montréal« , expliquait récemment au quotidien la Presse Stéphane Paquet, le vice-président aux investissements étrangers de Montréal International, l’organisme de promotion économique de la métropole. « L’IA représente plus de 500 millions $ (328 M€) d’investissement en deux ans pour Montréal, alors que cela n’existait pas il y a quelques années encore !« , renchérit Hubert Bolduc, le PDG de Montréal International.

La raison de cette attractivité soudaine ? « Les talents« , répondent en choeur les acteurs locaux. « On est un pôle privilégié pour ceux qui veulent se faire former par les meilleurs professeurs en la matière« , assure Alexandre Le Bouthillier, un entrepreneur montréalais qui est revenu d’Europe pour fonder sa nouvelle start-up, Imagia, qui se sert de l’IA pour faire des diagnostics médicaux. « Avant, on disait que les talents suivaient les investissements. Aujourd’hui, ce sont les investissements qui suivent les talents« , résume Hubert Bolduc.

Selon Montréal International, la métropole québécoise compte ainsi plus de 300 chercheurs et étudiants en doctorat dans les domaines liés à l’IA, près de 11 000 étudiants inscrits à un programme universitaire spécialisé en IA et en traitement des données pour, au final, près de 93 000 emplois en lien avec l’IA ».

https://www.usine-digitale.fr/editorial/comment-montreal-est-devenu-un-des-leaders-de-l-intelligence-artificielle.N781254

 

Partager