Partager

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Jolien Janzing, écrivain et journaliste néerlandaise vient de faire publier aux éditions de l’Archipel le livre « Audrey et Anne » qui débute par la rencontre en 1957 entre Audrey Hepburn et Otto Frank, le père d’Anne, seul survivant de la famille. Une adaptation cinématographique du journal d’Anne est en cours et il souhaiterait qu’Audrey Hepburn, étoile montante du cinéma, interpréte le rôle de sa fille dans un film qui va lui être consacré.

Cette demande est presque une évidence. Les deux jeunes filles sont nées au printemps 1929. Audrey à Bruxelles et Anne à Francfort. Elles ont partagé bien des points communs. Toutes deux ont été contraintes de quitter très jeunes leur pays natal. Audrey, issue de la haute société européenne, est envoyée dans un pensionnat anglais. Juifs, Anne et sa famille fuient aux Pays-Bas. Toutes deux ont été délaissées par leur mère et ont trouvé refuge dans la danse pour l’une, dans l’écriture pour l’autre. Les deux jeunes femmes qui ont toutes les deux vécu à Amsterdam au même moment auraient pu se croiser si leurs conditions ou leurs origines ne les avaient pas tant éloignées.

En final, Audrey Hepburn a refusé le rôle. Non pas par désintérêt. Elle a été résistante et a distribué des journaux sous le manteau pour informer sur les horreurs de la guerre, mais elle a eu les preuves que sa famille et plusieurs de ses proches ont été en relation avec de hauts dignitaires nazis pendant la guerre. Elle ne pouvait donc pas, selon elle, donner son visage à Anne Frank.

C’est avec cette histoire forte, dense et poignante que l’auteure nous immerge dans son roman entièrement basé sur des faits réels. L’auteur livre dans « Audrey et Anne » un témoignage magnifique, mêlant tour à tour les vies de chacune avec finesse et tendresse.

Source : Babelio & Israël Valley

Partager