Partager

170.000 chrétiens vivent en Israël. 2% de la population du pays. C’est à Nazareth, Jérusalem et Shfaram qu’ils sont les plus nombreux. Ils y vivent en toute sécurité et prospérité… Comme le veut la tradition, des sapins ont été distribués aux familles chrétiennes par la municipalité de Jérusalem, l’avenue Ben Gourion à Haïfa est aux couleurs de Noël et de la coexistence. Uri Ariel, le ministre israélien de l’agriculture du Foyer Juif s’est vivement élevé contre la décision de la Knesset de commencer les séances plenières plus tôt pour cause de Noël. « Une décision qui nuit à l’identité juive de la Knesset » a t’il écrit dans une lettre adressée au président de la Knesset. (Extrait d’un post de Nathalie Sosna-Ofir sur Facebook).

DANS LE TIMES OF ISRAEL .  »

JTA — Comme n’importe quel autre père Noël, Santa Rick passera la plus grande partie des prochaines semaines avec des enfants assis sur ses genoux, leur demandant s’ils ont été gentils et écoutant leurs vœux pour Noël.

Si c’est un samedi, il aura peut-être passé la nuit dans l’immeuble. Et il n’acceptera les paiements qu’après la tombée de la nuit.

Car le nom de famille du père Noël Rick est Rosenthal. C’est un juif orthodoxe qui ne conduit pas et ne touche pas à l’argent pendant Shabbat. Mais cela ne l’empêche pas de faire son travail.

« Je ne connais personne qui n’aiderait pas un enfant, a dit Rosenthal, âgé de 66 ans, qui vit à Atlanta et participe au programme Jeune Israël de Toco Hills. « Si vous regardez le monde comme les enfants le font, c’est une meilleure sensation. Je suis une meilleure personne et un meilleur juif parce que je suis le père Noël ».

Rosenthal – un père Noël professionnel à temps plein – ne voit aucune contradiction à servir le symbole de Noël et à vivre comme un Juif pratiquant. Pour lui, le père Noël est une figure spirituelle non religieuse qui donne de la confiance, réassure et conforte les jeunes et les moins jeunes.

Il explique que quiconque qui voudrait le critiquer pour son travail de père Noël devrait penser aux manières dont il aide des non-Juifs à pratiquer les fêtes – comme par exemple travailler à Noël quand des Chrétiens prennent leurs journées.

 

 

Partager