Garder l’esprit de Hanouka dans les livres d’images.

By |2018-12-04T13:49:50+00:00décembre 4th, 2018|Categories: CULTURE|
Partager

Un article de Jean Klein pour Israël Valley. Bien que Hanouka soit probablement la fête juive la plus connue et la plus accessible en Europe et en Amérique, elle n’a jamais été particulièrement importante sur le plan religieux. Elle a été mise en valeur, à partir du 19e siècle, en raison de sa proximité de Noël et de la chance qu’elle offrait aux Juifs  d’avoir leur propre fête de fin d’année pour offrir des cadeaux. Débarrassé, en général, de ses racines réelles comme une histoire d’assimilation forcée et de rébellion sanglante, il est aussi devenu un sujet de prédilection des livres pour les enfants juifs, dont la maison n’est pas visitée par le Père Noël.

Mais la domination inéluctable de Noël fait qu’il est difficile d’écrire sur la fête juive d’une manière qui n’a pas l’impression de simplement répondre à celle du chrétien et si en France, il y a peu d’ouvrages pour enfants consacrés à Hanouka (on peut cependant citer « Hanouka. Fête des Lumières » de Robert Sabuda  chez Seuil Jeunesse et paru en 2012) la chose est différente aux USA, surtout après la fusillade qui a fait 11 morts dans une synagogue de Pittsburgh.

Deborah Kolben, éditorialiste au New York Times et fondatrice de Kveller.com fait un relevé de ces livres pour enfants et note que beaucoup de ces livres sont des rééditions des années 60 qui se déroulent dans la communauté new-yorkaise où on parlait encore Yiddish. En opposition, elle met en valeur une nouveauté : « Meet the Lakles » qui adapte le récit ancien avec des abeilles qui ont bourdonné, piqué et combattu pour assurer la sécurité de leur peuple, quelques galettes de pomme de terre en remplacement de l’armée du roi Antiochus, et un sage chien de famille nommé Compote de pommes …

Selon l’article, la fête d’Hanouka évoque une histoire de bons et de méchants, de résistance, d’une communauté qui s’accroche à ses valeurs. Il s’agit des ténèbres et de la lumière, et de l’espoir que la lumière puisse finalement triompher.

Source : New York Times & Israël Valley

Partager

Les Articles Les Plus Lus

[carousel-horizontal-posts-content-slider-pro id=16755]

Leave A Comment