Robert Badinter témoin du destin de sa grand-mère juive, Idiss

By |2018-11-03T08:49:37+03:00novembre 3rd, 2018|Categories: CULTURE|
Partager

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Ni véritable biographie de la grand-mère de Robert Badinter, ni étude de la condition des immigrés juifs de l’Empire russe venus à Paris avant 1914, ce livre est le récit d’une destinée singulière.

Celui d’une femme qui incarne la grande tragédie du 20ème siècle : Idiss, née dans légion nommée la Bessarabie, située historiquement au sud de l’Empire tsariste, en lisière de la Roumanie, dans ce qu’on a appelé le Yiddishland.

Elle a fuit la misère et surtout l’antisémitisme et les pogroms, les massacres collectifs de juifs et s’est réfugiée à Paris en 1912, comme des milliers d’autres réfugiés d’Europe centrale où elle a trouvé la paix et la prospérité, avant d’être rattrapée par les affres de la guerre et le nazisme.

Comme les parents de Robert Bandinter travaillaient tous les deux, c’est sa grand-mère qui s’est occupée de lui et il témoigne du fait qu’elle a joué dans mon enfance un rôle considérable – «Les grands-mères sont des fontaines d’amour » a t’il déclaré récemment déclaré au micro de RTL.

Ce livre constitue un émouvant témoignage de la part d un petit fils à sa grand-mère et un moment de lecture riche en émotions.

Robert Badinter aurait pu écrire ses mémoires, puisqu’il a été un acteur majeur de la société française de la fin du XXème siècle, mais il a préféré témoigner sur ce qu’il appelle « une Atlantide culturelle », un univers englouti, celui de ces juifs émigrés d’Europe, tous parfaitement assimilés et qui ont été balayés et qui devenus les victimes de la Shoah.

Face à l’énigme de ce massacre des innocents, il a voulu témoigner, pour que l’oubli ne l’emporte pas tout à fait.

A l’occasion de la parution de Idiss aux éditions Fayard, une rencontre débat se tiendra au mémorial de la Shoah mercredi 28 novembre à 18h30 en présence de l’auteur. Robert Badinter a été professeur de droit, avocat, juriste, essayiste, ancien garde des Sceaux de 1981 à 1986 et président du Conseil constitutionnel.

Partager