Good News du Jour. Le ministre de l’Economie d’Israël dans l’émirat de Bahreïn.

By |2018-11-09T14:29:53+00:00novembre 9th, 2018|Categories: ECONOMIE|
Partager

Le ministre de l’Economie Elie Cohen a reçu une invitation officielle à se rendre à un sommet international qui se tiendra dans l’émirat de Bahreïn. Ce petit pays avait déjà annoncé il y a treize ans qu’il se démarquait du boycott arabe envers Israël. Ce sommet inTitulé Global Entrepreneurship Congress réunira des délégués gouvernementaux, des investisseurs, des chercheurs de plus de 170 pays.

Ce sommet a été initié par la Banque mondiale ainsi que Global Entrepreneurship Network, réseau qui exploite une plateforme de projets et programmes dans le monde entier et qui visent à rendre plus facile les échanges de connaissances et d’idées dans le domaine du développement des économies et de la croissance. Ce congrès de 2019 sera consacré aux nouvelles politiques destinées à favoriser les initiatives technologiques, domaine dans lequel Israël excelle. (LPH)

Composé d’une trentaine d’îles du golfe Persique, Bahreïn est une étape importante sur les routes commerciales, et ce depuis l’Antiquité. Sa capitale moderne, Manama, abrite le célèbre musée national de Bahreïn, où sont exposés les vestiges de l’ancienne civilisation de Dilmun, qui a prospéré dans la région pendant des millénaires. Le bazar florissant de Bab al-Bahreïn propose tout un tas de marchandises, allant des tissus colorés artisanaux et épices aux perles.

Le royaume de Bahreïn, petite île du golfe Arabo-Persique, est situé dans une région sous tensions entre l’Arabie saoudite sunnite et l’Iran chiite. A Bahreïn, la population, à majorité chiite, est gouvernée par des sunnites de la dynastie des Khalifa.

Depuis son indépendance, le 15 août 1971, l’ancien protectorat britannique a connu plusieurs phases de contestation.

En février 2011, dans la foulée du “Printemps arabe”, des manifestations éclatent. La Place de la Perle devient le coeur de la contestation chiite face à la dynastie sunnite des Khalifa. Le régime écrase le soulèvement avec le soutien des forces saoudiennes et émiraties. Et en mars, le pouvoir détruit le monument de la Perle.

Aujourd’hui, l’opposition s’exprime dans les villages chiites à la périphérie de la capitale. Le bourg de Diraz, au nord-ouest de l’île, est le bastion actuel de la contestation. C’est la ville natale de l’ayatollah Issa Qassem, guide spirituel des chiites du royaume, assigné à résidence.

Si Bahreïn fut l’un des premiers Etats du golfe Arabo-Persique à exploiter ses champs d’hydrocarbures, à partir de 1932, sa manne pétrolière décroît dès les années 1970.

Bahreïn exploite le champ offshore d’Abou Safa, son principal gisement, situé à 70 km plus au nord, avec l’Arabie saoudite, qui lui reverse 50 % des revenus. Affecté par le quasi-épuisement de ses réserves en hydrocarbure et la chute du prix du baril de pétrole, le royaume cherche à diversifier son économie. Bahreïn s’est engagé dans le raffinage pétrolier, la pétrochimie et la production d’aluminium tout en se spécialisant sur la finance islamique.

 

 

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment