Marie la Juive, pionnière oubliée de l’alchimie

By |2018-11-30T18:33:58+00:00novembre 30th, 2018|Categories: CULTURE|
Partager

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Alchimiste de l’époque hellénistique, Marie la Juive (aussi appelée Maria Hebraea, ou Miriam Prophetissa) est considérée comme l’une des pionnières de l’alchimie ; elle est créditée de l’invention de plusieurs instruments et techniques, et a notamment donné son nom au bain-marie.

Ce que nous savons sur l’existence de « Marie la Juive », nous le tenons principalement de l’alchimiste grec originaire d’Egypte Zosime de Panopolis,qu’il appelle parfois « Marie la Divine » et qu’il classe parmi les « anciens », antérieure à l’an 300. Il semblerait que Marie vit vraisemblablement en Egypte avant le 4ème siècle, au cours de la période hellénistique et en pleine période d’essor de l’alchimie occidentale.

Zosime cite une œuvre attribuée à Marie la Juive, Sur les fourneaux et les instruments, qui décrit des outils et instruments de métal, de verre et d’argile, utilisés pour la cuisson ou la distillation. Le dispositif le plus célèbre qui lui est attribué est le bain-marie, méthode visant à réchauffer une substance en la plaçant dans un récipient rempli d’eau chaude.  Peut-être utilisé plus tôt dans la médecine grecque, le bain-marie est resté attribué à Marie la Juive qui lui donne son nom.

Marie la Juive a marqué durablement l’histoire de l’alchimie et plusieurs textes, des citations et des principes de l’alchimie lui sont attribués :

Unissez le masculin et le féminin, et vous obtiendrez ce que vous souhaitez.

Le principe suivant est connu comme l’axiome de Marie :

Un devient deux, deux deviennent trois, et du troisième naît l’un comme quatrième.

L’alchimie est une discipline qui peut se définir comme « un ensemble de pratiques et de spéculations en rapport avec la transmutation des métaux ». L’un des objectifs de l’alchimie est le gtand oeuvre, c’est-à-dire la réalisation de la pierre philosophale permettant la transmutation des métaux, principalement des métaux « vils », comme le plomb, en métaux nobles comme l’argent ou l’or.

Source : L’histoire par les femmes & Israël Valley

Partager

Les Articles Les Plus Lus

[carousel-horizontal-posts-content-slider-pro id=16755]

Leave A Comment