Israël et Carlos Ghosn. Le PDG de Renault avait reçu le Prix Scopus (Université Jérusalem).

By |2018-11-22T10:07:58+03:00novembre 21st, 2018|Categories: ECONOMIE|
Partager

Editorial de Dan Assayah. « Grande sympathie d’Israël vis à vis de Carlos Ghosn ».

Carlos Ghosn, PDG de Renault et un des plus grands patrons d’industrie au monde, a connu ce lundi une chute brutale : il été arrêté à Tokyo sur des soupçons de malversations et s’apprête à être limogé par Nissan, qui a dénoncé son «côté obscur». Le tandem Philippe Lagayette-Thierry Bolloré prend provisoirement la tête du groupe Renault, au lendemain de l’arrestation de Carlos Ghosn au Japon. Ce dernier est maintenu en détention pour 10 jours, selon l’agence de presse japonaise Kyodo.

Carlos Ghosn n’a jamais hésité à se rendre en Israël. Ses équipes connaissent très bien la Startup Nation. Récemment il a été honoré par l’une de plus grandes Universités israéliennes. La Chambre de Commerce France-Israël à Paris, Présidée par Henri Cukierman , lui a remis un Trophée pour sa contribution à la coopération France-Israël.

UN ARTICLE DE ACTUALITE JUIVE.

Carlos Ghosn, le P-DG de l’Alliance Renault-Nissan- Mitsubishi, recevra lundi 15 octobre le Prix Scopus. C’est la plus haute distinction décernée par les associations d’Amis de l’Université hébraïque de Jérusalem dans le monde. Rencontre avec sa déléguée générale pour la France.

Actaulité Juive: Vous remettrez le Prix Scopus à Carlos Ghosn pendant votre gala qui célèbrera aussi les cents ans de l’Université. Pourquoi le choix s’est-il porté sur cette personnalité ?

Catherine Belais : Le Comité des Amis français de l’Université hébraïque de Jérusalem échange activement chaque année pour déterminer le récipiendaire du Prix Scopus le plus pertinent. Ce choix doit avoir du sens et il nous a semblé que cette année qui marque les cents ans de l’Université, plus exactement les cents  ans de la pose des douze premières pierres de l’Université et que nous dédions à la recherche et à l’innovation technologiques, devait mettre à l’honneur une personnalité en phase avec cette révolution technologique et dont les valeurs correspondent à celles de l’Université.

Carlos Ghosn est véritablement un visionnaire : il parlait déjà de la voiture électrique il y a vingt ans quand ce n’était encore que de la science fiction. Il incarne aussi notre état d’esprit, la mobilité et le multiculturalisme. Il est aussi celui qui a investi dans la technologie israélienne Mobileye et qui investissait déjà dès 2003 en Israël dans le projet BetterPlace. On peut estimer que lui et la multinationale qu’est le groupe Alliance, avant même que Waze ne soit racheté par Google et qu’Intel ne rachète Mobileye, avaient déjà mis les doigts dans la relation technologique et économique avec Israël. Mobileye a été développé dans la Faculté des Sciences de l’Université de Jérusalem par des chercheurs et des ingénieurs du service Informatique et Computers Vision dont le Professeur Amnon Shashua. Ce système équipe aujourd’hui quasiment toutes les voitures dans le monde. C’est également une des start-up successfull les plus emblématiques. Elle a été revendue quinze milliards à Intel il y a trois ans. Au soir du gala, il sera interrogé par la journaliste Stéphanie Antoine. Elle essaiera de « sortir » un Carlos Ghosn différent de celui qu’on voit dans la presse et de le faire réagir sur sa vision de la recherche.

« Nos chercheurs  rêvent l’avenir »

A.J.: Le gala sera dédié à la Faculté des Sciences et présentera quelques-unes des technologies développées par ses chercheurs. Parlez-nous en.

C.B. : Nos chercheurs sont des rêveurs… Ils rêvent le monde de demain avec audace et travaillent sur des programmes de recherche au service de l’humain. C’est peu connu du grand public mais l’Université de Jérusalem est en Israël, l’endroit où il y a le plus de recherche de brevets dans les nanotechnologies. Ce qui caractérise la Faculté des Sciences et l’Université en général, c’est la transdisciplinarité. Quand un chercheur de la Faculté des Sciences fait un progrès sur un outil technologique, il le partage avec ses collègues en médecine, en agriculture et dans tous les domaines. Une même technologie aura des applications différentes. Celle développée par le Prof Shashua pour Mobileye a été par exemple utilisée pour les aveugles. Elle est commercialisée en France par la société Orcam et permet à un aveugle de pouvoir lire avec un tout petit ordinateur minuscule collé sur sa branche de lunettes. C’est l’Université de Jérusalem. Ses chercheurs travaillent actuellement sur plusieurs programmes dans les domaines des nanotechnologies et du big data. Nous en présenterons certains au Gala, notamment un spray de microparticules spécifiques qui éradique les maladies nosocomiales… Nous savons que les personnes ont tendance à soutenir ce qu’elles voient et qu’elles touchent du doigt dans l’immédiat, nous essaierons de faire comprendre que soutenir la Faculté des Sciences et ses recherches fondamentales est primordial car ses chercheurs créent  des outils que nous n’imaginons pas mais qui vont changer et améliorer durablement notre vie dans l’avenir.

A SAVOIR. Courrierinternational.com : « Suite à des révélations internes à l’entreprise, le constructeur automobile Nissan a mis au jour une fraude fiscale de la part de Carlos Ghosn. D’après un journal économique nippon, le président était la cible de mécontentements au sein de l’entreprise.

En raison de soupçons de fraude fiscale, le procureur de Tokyo a arrêté, le 19 novembre, Carlos Ghosn, président du constructeur automobile japonais Nissan, ainsi que de Mitsubishi Motors et également PDG de Renault. De ce fait, Nissan a annoncé son départ de l’entreprise. Le directeur de Nissan, Hiroto Saikawa, s’est contenté de commenter lors d’une conférence de presse : “Il s’agit d’un aspect négatif de la longue gouvernance de Ghosn”, rapporte le Yomiuri Shimbun.

Ghosn est suspecté d’avoir, depuis l’exercice 2010, minimisé de plus de cinq milliards de yens [plus de 38 millions d’euros] sa rémunération dans les rapports financiers annuels. Le directeur délégué de Nissan, Greg Kelly, est également mis en cause pour avoir collaboré à cette dissimulation. Nissan avait ouvert une enquête interne sur ce dossier depuis plusieurs mois, suite à des révélations faites par un employé.

L’origine des informations ayant déclenché l’enquête se trouvant au sein du personnel, l’arrestation de Ghosn “est peut-être le résultat des mécontentements accumulés dans l’entreprise”, écrit le Nihon Keizai Shimbun, journal économique japonais.

Après l’alliance avec Renault, Ghosn est arrivé en 1999 chez Nissan qui connaissait de graves difficultés financières. “On se rappelle aujourd’hui la méthode employée par Ghosn pour rétablir la situation financière [en réduisant radicalement les coûts]”, relève le Nihon Keizai Shimbun.

Pourtant, “au milieu des années 2000, Nissan a réussi à échapper à la faillite, mais la situation a mal tourné” pour Ghosn, continue le quotidien. Après 2005, le constructeur n’a pas pu atteindre ses objectifs à trois reprises consécutives, mais le salaire de Ghosn est resté exceptionnellement élevé. De plus, il n’a endossé aucune responsabilité lors de révélations sur des contrôles de qualité défaillants dans les usines Nissan en 2017″.

 

Partager