Immobilier. La rareté de biens en location au centre d’Israël provoque une augmentation des loyers.

By |2018-11-01T11:36:26+00:00novembre 1st, 2018|Categories: IMMOBILIER|
Partager

Un article de Deborah Parienté -Spécialiste en immobilier : Quelques raisons de la chute des transactions immobilières en Israël. Les investisseurs fortement attirés pendant des années par Tel Aviv ou Jérusalem et leur métropole ont provoqué une pénurie des réserves foncières entrainant une augmentation de prix. Les faibles taux d’intérêt bancaires ont aussi stimulé les ventes immobilières et au cours de la dernière décennie, les prix de l’immobilier ont doublé.

Une chute importante du nombre de transactions a été enregistrée cette dernière année mais les prix ont très peu diminué surtout sur Tel Aviv et sur les biens de bonne qualité correspondant aux standards européens.

Une des résolutions du dernier gouvernement était basé sur l’acquisition d’un logement pour tous. Il s’est donc fixé la priorité de proposer des solutions de logements à un large public en instituant le programme MEHIR LAMISHTAKEN (Buyer Fixed Price Plan) financé par l’état. Cela doit faciliter un premier achat dans des conditions préférentielles. Cela a provoqué un glissement des ventes classiques vers les programmes Mehir Lamishtaken.

Selon les derniers chiffres du Ministère des Finances en Août 2018, seulement 8000 transactions ont eu lieu incluant les 700 du programme MEHIR LAMISHTAKEN ce qui nous ramène au niveau de l’été 2014 pour les transactions classiques…

Nous constatons aussi que les investisseurs ne sont plus actifs sur le marché immobilier suite aux nouvelles dispositions fiscales (fiscalité plus stricte à partir d’un certain nombre d’appartements, augmentation de la taxe d’acquisition, institution de la plus-value, taxe d’embellissement…).

Ils se sont aussi retirés des achats sur plan auprès des promoteurs entrainant ainsi un ajournement de début de chantiers.

L’intérêt des investisseurs s’est déplacé sur des placements immobiliers à l’étranger ou dans de l’immobilier commercial.

La rareté de biens en location sur la région centre d’Israël provoque aussi une augmentation des loyers.

Des villes comme Dimona ont le vent en poupe. Les prix sont peu élevés ce qui permet surtout aux jeunes couples israéliens d’investir dans des grands appartements.

Un appartement de 4 pièces 107 m2 dans immeuble récent coûte 1,005,000 NIS soit 9813nis/m2. (Contre 60 000 NIS/m2 actuellement à Tel Aviv sur un appartement équivalent).

Beer-Sheva est une plate-forme importante pour les transports interurbains du pays. L’armée, l’Université Ben Gourion du Néguev, la plus grande centrale solaire au monde sont des pôles de développement économique. L’investissement immobilier y est encore très intéressant.

 Conclusion

Dans un pays petit avec une forte augmentation de la demande de logements pour des familles nombreuses, des divorcés, des nouveaux émigrants, la demande reste très importante et n’est pas satisfaite.

Aujourd’hui le peu d’investisseurs sur le marché entrainent une augmentation des loyers.

Mon conseil : s’intéresser à Tibériade, Haïfa, Beer-Sheva…

Article écrit par Mme Deborah Parienté -Spécialiste en immobilier pour le Réseau Experts Alya.

Rachel Kanat

Directrice du Réseau Experts Alya

Tel.: +972 54 471 8562

rachel@marketing-first.com

 

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment