Partager

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. La journaliste Nadège Forestier vient de faire paraître la biographie d’ Henri de Rothschild (1872-1947), son arrière-grand-père, qui a préféré devenir médecin, inventeur, auteur dramatique et directeur de théâtre plutôt que de suivre une voie toute tracée dans la finance.

Descendant à la fois de la branche anglaise et de la branche française, le baron Henri « est peut-être le plus Rothschild des Rothschild », car il descend en ligne directe de quatre des cinq fils du patriarche Mayer Amschel (1744-1812), fondateur de la famille.

Pourtant son ambition diffère totalement de celle de ses nombreux oncles et cousins. Elève au lycée Louis le Grand à Paris, à la fin du 19e siècle, avec des camarades de classes qui s’appellent Marcel Proust et Léon Blum, il veut devenir médecin pour soigner et faire de la recherche.

Son immense fortune aidant, il devient un médecin philanthrope, crée un hôpital, met au point une pommade pour les blessés de la Grande guerre. Touche à tout de génie, il imagine le chocolat en poudre, écrit des pièces de théâtre, et fait construire le théâtre Pigalle.

Il a aussi joué un rôle déterminent pour soutenir Marie Curie et dès 1910, quand il réalise que les travaux de cette chercheuse d’origine polonaise sont prometteurs, il achète une usine à Saint-Denis pour extraire du radium. Il en fournit un gramme à Marie Curie, un don équivalent à un million d’euros aujourd’hui. Puis avec d’autres mécènes, il finance la création de la fondation Curie.

Henri de Rotschild fut un entrepreneur acharné, habitué à lever les réticences grâce à ses relations et sa fortune mais l’ouvrage qui lui consacré décrit parfaitement aussi comment il a dû lutter, dans une époque où l’antisémitisme était très répandu, contre ceux qui ne voyaient en lui, qu’un juif riche et donc un symbole à abattre, des gazettes anti-dreyfusardes aux lois anti-juives et à la répression de Vichy à la fin de sa vie.

Henri de Rothschild, Un humanitaire avant l’heure, éditions du Cherche Midi,  238 pages

Source : Challenges & Israël Valley

Partager