Partager

Avant même de monter à bord de l’avion en partance d’Israël pour la Silicon Valley, Darya Henig Shaked bousculait déjà les stéréotypes sur les femmes dans la technologie.

En général, on imagine que ce sont les hommes qui obtiennent un visa de travail pour venir aux États-Unis, emmenant leur femme dans leurs bagages. Dans plusieurs interviews, les israéliens travaillant dans la technologie ont qualifié les femmes de leurs collègues « d’accompagnatrices », car elles n’étaient pas la raison pour laquelle la famille avait déménagé de Tel Aviv pour Palo Alto.

Mais Darya Henig Shaked n’a rien d’une accompagnatrice

Au début des années 2000, elle a été conseillère du Premier ministre d’alors, Ehud Barak, avant de prendre part au financement de capital-risque israélien pour des entreprises technologiques en Afrique subsaharienne. En 2015, elle et son mari, Eyal Shaked, également investisseur en technologie, ont décidé de déménager dans la Silicon Valley pour s’immerger dans la scène technologique. Et quand ils ont fait leur déménagement, c’était sur le visa de Darya.

Elle a apprécié la culture professionnelle locale, où les gens étaient heureux de se donner des conseils, des accès et des contacts. Mais elle a constaté que beaucoup de femmes israéliennes avaient du mal à accéder à ces relations, même si leurs homologues masculins avaient réussi.

« Ce que j’ai compris, c’est qu’il y avait une opportunité. Il y a un fort besoin d’une communauté d’entraide [dans la Silicon Valley] plus encore qu’à Tel Aviv », raconte Shaked. « J’ai senti qu’il y avait une opportunité que les femmes fondatrices ignoraient. Je pensais que je pourrais facilement la rendre disponible pour elles.  »

Quelques mois après son arrivée, Darya Shaked a fondé WeAct, une organisation qui emmène des femmes israéliennes qui ont fondé des start-ups, en mission dans la Silicon Valley pour rencontrer des investisseurs, des responsables de géants technologiques comme Facebook et Google, et d’autres entrepreneurs. Jusqu’à présent, elle a fait venir 50 femmes sur trois voyages d’une semaine. Elle ouvre également un espace de travail partagé pour les femmes entrepreneurs.

Darya est l’une des nombreuses israéliennes  travaillant à promouvoir d’autres femmes israéliennes dans le monde notoirement masculin de la technologie. La plupart de ces initiatives, de l’investissement de capital de risque aux rencontres informelles, sont centrées sur l’idée que si les femmes peuvent obtenir les outils dont elles ont besoin dans le monde technologique, elles réussiront davantage tout en inspirant d’autres femmes entrepreneurs.

«Pourquoi les femmes choisissent-elles de ne pas fonder d’entreprise et excluent la technologie?», demande Shuly Galili, partenaire fondatrice d’UpWest Labs, une société de capital-risque qui finance des start-up israéliennes souhaitant s’étendre dans la Silicon Valley. « Est-ce parce qu’il n’y a pas de place pour ça? Est-ce parce qu’il y a moins de modèles, et que l’on peut plus difficilement dire: «Untel l’a fait. Je peux le faire aussi? « .

Environ un cinquième des startups financées par UpWest ont des fondatrices, contre 9% des startups dans leur ensemble, selon un rapport de la Harvard Business Review. Ces statistiques éparses se jouent également lors de conventions technologiques, qui peuvent être massivement masculines.

Source : jta.org

Copyright: Alliance

Partager