Partager

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Cyberfatale est un nouvel album de bandes dessinées qui vient d’être édité et qui aborde un thème peu courant : celui de la cybersécurité. Ecrit sur un mode mi-documentaire, mi-canular, il raconte une cyber-attaque touchant le siège de l’état-major français dans le bâtiment surnommé « l’hexagone »
L’album est signé par le dessinateur Clément Oubrerie et par un certain «Cépanou », trio d’auteurs anonymes qui ont des activités opérationnelles au ministère de la Défense. L’album peut alors se lire comme un témoignage direct des pratiques de défense et d’attaque de l’armée française, mais raconté sur un ton est ouvertement caricatural (l’histoire débute lorsque des photos du président de la République en slip kangourou apparaissent sur les sites officiels français).

Si le traitement graphique est léger et le ton résolument humoristique, le fonds général de l’histoire repose sur des faits sérieux et avérés et plusieurs personnages de l’album sont facilement reconnaissables pour les personnes initiées. Certains faits évoqués se sont réellement produits, comme l’attaque de la chaîne TV Monde, prétendument effectué par le cybercalifat, mais plus probablement par les services russes.

La narration est claire et se fait au travers de l’enquête d’un journaliste « d’Envoyé crucial » envoyé par l’Elysée pour réaliser un documentaire « impartial » et fortement balisé sur les dessous du renseignement français. Evidemment, rien ne va se passer comme prévu par les hauts gradés, d’autant que l’attaque initiale va se trouver doublée d’une menace beaucoup plus inquiétante …

C’est un album original, basé sur des faits avérés et raconté par des auteurs connaissant leur sujet et suffisamment conscients de leurs missions pour présenter des situations réelles sans trop en dévoiler. Qui sont les alliés, qui sont les ennemis ? En matière de cybersécurité, les réponses ne sont jamais évidentes, même dans les bandes dessinées.

Cyberfatale – Tome 1 – Si ça sort, on est mort – Editions Rue de Sèvres

Partager