C’Israël. A Ben Gourion University, des « Etudiants-Hackathontés ».

By |2018-11-02T22:13:42+00:00novembre 2nd, 2018|Categories: EDUCATION|
Partager

Depuis quelques dix-huit mois, l’université israélienne Ben Gourion University a décidé d’intégrer la formule du « Hackathon » au cursus académique de trois départements : « Sciences de l’informatique », « Médecine » et « Management industriel ».

Une expérience avant-gardiste, quasiment unique sur le plan international ? Mais qui oblige tout un chacun à tenter de maitriser le phénomène « Hackathon », (à commencer par prendre connaissance de la définition du mot lui-même), s’il veut avoir la moindre chance de rester compétitif dans l’air du temps…

Vous avez dit « Hackathon » ? 

Né à l’aube des années 2000, « Hackathon » est un mot formé de deux emprunts linguistiques, à savoir du mot anglais « Hack » (s’introduire dans un système) et du français, « Marathon ». S’en suit qu’à présent le « Hackathon » désigne le fait de rassembler des dizaines voire des centaines d’informaticiens durant plusieurs jours, (le plus souvent pendant un week-end) en vue de collaborer sur des sujets de programmation informatique « pointus et innovants », (les meilleurs ou les plus rapides recevant des prix allant de la simple rétribution financière à l’accompagnement du projet reconnu comme le meilleur !).

C’est au professeur Shlomi Dolev que l’on doit pareille initiative : Partant du constat que ses étudiants, plus souvent qu’à leurs tours, préféraient suivre des cours en ligne plutôt que ses cours magistraux, il leur a donc proposé le système « Hackathon » comme carotte pédagogique. Et ça marche !

Deux témoignages choisis au hasard : celui d’Ofir Ezrielev, un étudiant en maîtrise de sciences de l’informatique, ravi d’avoir pu tester dans les premiers la formule au sein du cours « Structure de données » et, étudiant de seconde année de licence de « Sciences de l’informatique », celui de Tal Hadad qui estime pour sa part avoir mieux intégré ses cours sur les algorithmes ou la technologie blockchain grâce à l’expérience stimulante de la compétition formule « Hackathon ».

Même si quelques sommités refusent encore de noter les étudiants selon les données « Hackathon » en lieu et place de leur enseignement traditionnel, ils sont bien obligé de constater que, mieux armés que les autres, les « Etudiants-Hackathontés » ont obtenu les premières places lors des examens finaux.

Par Bely Landerer (tel-avivre.com)

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment