Partager

Les groupes palestiniens, dont le mouvement terroriste islamiste Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza, ont annoncé mardi soir un cessez-le-feu avec Israël conclu indirectement sur intercession égyptienne, et ont indiqué qu’ils s’y tiendraient si l’Etat hébreu le respecte également. « Les efforts de l’Egypte ont permis d’aboutir à un cessez-le-feu entre la résistance et l’ennemi sioniste, et la résistance le respectera aussi longtemps que l’ennemi sioniste le respectera », ont annoncé les groupes dans un communiqué conjoint. La bande de Gaza était calme en soirée et les écoles, fermées en journée, devaient rouvrir mercredi matin. Après l’annonce du cessez-le-feu, des milliers de Gazaouis ont participé à des manifestations de joie en plusieurs points de l’enclave palestinienne pour proclamer la « victoire sur Israël ».

Selon une source diplomatique ayant eu connaissance de l’accord, Israël et le Hamas se sont engagés à retourner « aux dispositions de l’accord de 2014 », après la guerre meurtrière qui les avait opposés durant l’été de cette année-là. Cette source a cependant souligné que la situation restait « très précaire » et pouvait exploser « de nouveau ». Peu après l’annonce du cessez-le-feu, le Koweït et la Bolivie ont demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU mardi pour discuter des violences, selon des diplomates.

Les Israéliens trahissaient ce soir des nerfs à vif, certains exprimant leur ressentiment contre un gouvernement qui devrait à leurs yeux frapper plus fort les groupes palestiniens. « Ce n’est pas possible (…) ils (les Palestiniens) nous tirent dessus, nous les civils, et nous devrions nous en tenir aux règles internationales! », s’énervait Bar Tamari, habitante d’Ashkélon. « Qu’on nous laisse violer nous aussi les règles internationales. Qu’on me donne une roquette pour tirer sur leurs maison! »

Netanyahu s’est entretenu avec le président français Macron

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu aujourd’hui mardi 13 novembre 2018 par téléphone avec le président français Emmanuel Macron pour le remercier de son hospitalité à Paris et s’excuser pour son départ anticipé. Benjamen Netanyahu a déclaré au Président Macron qu’Israël exerçait son droit à se défendre contre les terroristes qui tentent de nuire aux citoyens israéliens.

 

Partager