Partager

Jonathan-Simon Sellem, représentant consulaire de Français d’Israël avait décidé de se présenter aux municipales de Tel Aviv, pour aider encore plus les olim de France. Soutenu par le mouvement Aleinou, il était sur la liste du maire sortant Ron Houldaï (élu hier soir par les électeurs) et a la garantie que, même s’il n’est pas élu conseiller municipal, il sera le Francophone qui murmure à l’oreille du maire. Il nous explique ses motivations, ses objectifs et l’importance de sa candidature.

INTERVIEW REALISE AVANT LES  MUNICIPALES PAR LPH.

Le P’tit Hebdo: Pourquoi avoir choisi la politique locale après vous être consacré à la représentation des olim de France?

Jonathan-Simon Selle: C’est une continuité. Je suis élu Représentant des Français d’Israël ; c’est un poste bénévole qui me permet d’aider des olim, où qu’ils se trouvent sur le territoire.

Au niveau de mon paradis, de ma ville, il s’agit surtout d’aider la mairie à en faire plus pour les Francophones. Mieux les accueillir, mieux les guider, mieux leur expliquer certains choix cruciaux comme les écoles des enfants par exemple. Ron Houldaï a déjà créé à la mairie un service 100% francophone, dédié à leur accueil et leur soutien administratif. A présent, je veux que les olim de France soient reconnus comme une force vive de la ville !

Lph: Ron Houldaï n’a pas bonne presse auprès des Francophones. Avez-vous misé sur le “bon cheval”?

J-S.S.: Ron Houldaï est de gauche et je suis de droite mais cela n’a aucune importance! Sur notre liste, il y a 3 candidats du Likoud et des religieux à des places éligibles ! Le fait est que, M. Houldaï, est un excellent maire ! Il a révolutionné la ville et en a fait une vitrine internationale. La start-up Nation, c’est lui ! Le métro, c’est lui ! La croissance économique de la ville, c’est lui ! Les ouvertures d’écoles et le nombre de parcs pour enfants, c’est lui ! L’amélioration de la propreté de la ville, c’est encore lui !

Les Français doivent comprendre qu’il existe une différence entre l’élection d’un maire, et celle d’un premier ministre. Au niveau local, l’étiquette politique ne compte pas: ce qui compte c’est d’avoir un maire impliqué et honnête. Et puisque M. Houldaï sera très certainement réélu, ce qui compte pour les Francophones, c’est d’avoir quelqu’un, à ses côtés, qui va le guider pour mener une politique plus en accord avec celle que les Francophones souhaitent.

Lph: Quel poids pensez-vous avoir? De quels moyens disposerez-vous?

J-S.S.: Des meilleurs moyens possible ! Je vais parler à l’oreille du maire! J’aurai un accès direct aux décideurs de la ville. Je serais l’élément clef, concernant les olim, du nouvel organigramme de la mairie. Que peut-on espérer de mieux?

Lph: Quelles sont vos priorités? 

J-S.S.: La première est de faire comprendre l’importance de l’alyah francophone à Tel-Aviv. Ces dernières années, nous, Francophones, avons créé des dizaines de sociétés dans des domaines divers. Et à chaque fois, l’excellence française a apporté la réussite. Il y a la société Helite qui sauve des centaines de vies tous les mois en Israël, il y a des restaurants, des épiceries, des start-up, et même des sociétés de déménagement ! Et aucun d’entre eux n’est reconnu à sa juste valeur par la municipalité. Désormais les choses changent ! Mais nous pourrions parler religion, propreté, prix de l’immobilier, parking, embouteillages… Il y a encore tant à faire, dans tous les domaines !

Lph: Vous êtes le 3e candidat francophone déclaré à Tel Aviv. Cette multiplication des candidatures francophones est-elle une preuve de l’intégration réussie ou un risque d’éparpillement des voix?

J-S.S.: C’est une excellente chose et il y a de la place pour tout le monde. Même s’il ne faut pas se mentir: aucun d’entre nous ne deviendra maire, et il est peu probable qu’un seul d’entre nous ne soit élu. Ma chance, c’est donc de pouvoir devenir le conseiller du maire, même si je ne suis pas élu. Mais je ne pourrais l’être que si les Français montrent un engouement pour la politique locale et s’engagent à mes côtés, à vouloir toujours rendre la ville meilleure !

 

Propos recueillis par Guitel Ben-Ishay

Partager