Partager

Des chefs d’entreprises rennais se sont rendus en Israël pour y découvrir les débouchés économiques. La France Insoumise de Rennes Métropole condamne cette visite. L’UE35 lui propose en réponse de coorganiser un voyage au Venezuela.

Pas sûr que des représentants de la France Insoumise de Rennes se rendent de sitôt à l’étranger en compagnie de l’Union des entreprises d’Ille-et-Vilaine (UE35). Dans un communiqué, le parti d’extrême-gauche « condamne fermement » la visite la semaine dernière d’une délégation de 185 chefs d’entreprise en Israël, « compte tenu de la politique développée par l’État Israélien, marquée par un régime violent, ouvertement d’extrême-droite, qui renforce et assume la poursuite de la colonisation des territoires palestiniens. »

Et LFI de donner un conseil aux patrons bretons : « Se renseigner au préalable sur la situation en Israël et dans les territoires illégalement occupés. Nous ne pouvons que regretter, par exemple, la falsification de la réalité avec la présentation d’un prétendu miracle économique en matière agricole, qui est surtout basé sur l’exploitation et la captation de la ressource en eau au détriment des populations palestiniennes. » Dans leur communiqué, les Insoumis appellent aussi à ce que « des garanties » soient apportées pour assurer que les projets des chefs d’entreprise en Israël « ne participent pas à la colonisation et d’ostracisation menée par cet État, dont les pratiques sont ouvertement en violation du droit international et des droits humains. » Soutenant la campagne internationale « Boycott Désinvestissement et Sanction », LFI souhaiterait que l’UE35 rende publique la liste des entreprises ayant participé à ce voyage et communique sur les échanges commerciaux qui pourraient à l’avenir en découler.

La demande de publicité des échanges qui pourront naître avec des entreprises israéliennes et qui profiteront tant à l’économie de notre territoire qu’aux travailleurs Israéliens, qu’ils soient juifs, musulmans, d’une autre confession ou athées, procède clairement d’une volonté d’ostraciser !

Une prise de position, on s’en doute, pas vraiment appréciée du côté de l’Union des entreprises 35, qui « s’étonne de cette réaction tardive à un voyage programmé depuis plusieurs mois et laisse à la France insoumise de Rennes la responsabilité de la violence de ses propos. »

« L’objet de cette visite essentiellement axée sur l’économie était aussi d’aider les décideurs économiques bretiliens à mieux comprendre les enjeux de la situation politique et sociale en Israël et il leur appartient désormais d’apprécier librement s’ils entendent ou non faire des affaires dans ce pays », explique Bruno Cressard, vice-président de l’UE35 et organisateur du traditionnel voyage de l’organisation à l’international. « La demande de publicité des échanges qui pourront naître avec des entreprises israéliennes et qui profiteront tant à l’économie de notre territoire qu’aux travailleurs Israéliens qu’ils soient juifs, musulmans, d’une autre confession ou athées procède clairement d’une volonté d’ostraciser et est totalement incongrue ! »

Dans un pied de nez, l’avocat rennais en profite pour tendre la main aux Insoumis. « Nous procéderons prochainement au choix de la destination qui sera retenue pour nos 20es Rencontres Internationales en 2019. Si notre choix est le Venezuela, qui se caractérise par une situation humaine, sociale et économique catastrophique, nous ne manquerons pas de soumettre ce choix et de proposer une co-organisation à la France Insoumise ! »

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/rennes/rennes-france-insoumise-et-union-patronale-s-echarpent-autour-du-voyage-en-israel-22-10-2018-12113844.php#h2MHTs7ouoi6VUC2.99

Partager