Partager

La Fiac est de retour sous la verrière du Grand Palais du 17 au 21 octobre, avec, pour cette 45ème édition, 195 galeries venues de 27 pays, dont Israël. De nombreux visiteurs israéliens font le déplacement à Paris pour cet évènement mondial. Selon nos estimations plus d’une quinzaine de galeries d’art de Tel-Aviv et Jérusalem seront à Paris pour la Fiac. L’art contemporain est présent au coin des rues de Tel-Aviv : espaces créatifs, centres de design, ateliers, écoles, etc. Sans compter les musées ou les foires, la cité compte plus d’une cinquantaine de galeries qui exposent des artistes Israéliens ou étrangers : peinture, sculpture, photographie, design.

Selon Noémie Grynberg : « Bien que les arts visuels ne jouissent pas d’une vraie tradition locale, de solides collections ont vu le jour. Le boom du high-tech des dernières années a produit une nouvelle catégorie de jeunes amateurs israéliens. Quant aux nouveaux médias, ils rentrent également peu à peu dans la culture moderne. Ainsi, le Centre d’Art Contemporain, fondé en 1998, soutient œuvres vidéo et performances artistiques. A Tel-Aviv, les galeries d’art sont disséminées á travers la ville. Elles se veulent à la fois révélatrices des talents locaux et précurseurs de la scène internationale ». (IsraelValley)

Selon le site officiel de la Fiac : Pour sa 45e édition, qui se déroulera du 18 au 21 octobre 2018 à Paris, la FIAC est heureuse d’accueillir au sein des espaces prestigieux du Grand Palais une sélection exigeante de galeries d’art moderne, d’art contemporain et de design parmi les plus emblématiques de la scène internationale.

La liste des galeries rassemble des exposants issus de 25 pays, dont 2 pays entrants (Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Chine, Corée du Sud, Émirats arabes unis, Espagne, États-Unis, France, Grèce*, Hong Kong, Inde, Israël, Italie, Japon, Kosovo, Mexique, Norvège, Pays-Bas, Pérou*, Portugal, Royaume-Uni, Suisse, Tunisie).

Cette 45e édition de la FIAC est notamment marquée par le retour de 13 galeries internationales importantes : Hauser & Wirth (London, Somerset, New York, Los Angeles, Hong Kong, Zürich) ; Gmurzynska (Zürich, St. Moritz) ; The Breeder (Athens) ; Canada (New York) ; Ghebaly Gallery (Los Angeles) ; High Art (Paris) ; Rodolphe Janssen (Brussels) ; Paul Kasmin (New York) ; Modern Art (London) ; Salon 94 (New York) ; Tim Van Laere (Antwerp) ; Tucci Russo (Torino) ; Anne de Villepoix (Paris) ;

et la première participation de 12 galeries : 80M2 Livia Benavides (Lima) ; Antenna Space (Shanghai) ; Bergamin & Gomide (São Paulo) ; Gerhardsen Gerner (Oslo, Berlin) ; Magician Space (Beijing), dont 7 dans le Secteur Lafayette : Arcadia Missa (London) ; Sandy Brown (Berlin) ; Document Space (Chicago) ; Jan Kaps (Köln) ; LOMEX (New York) ; Edouard Montassut (Paris) ; Bonny Poon (Paris).

Selon (1) : « Deux semaines après Londres, la caravane de l’art contemporain fait une halte sur les bords de Seine, sous la verrière du Grand Palais du 17 au 21 octobre. Elle regroupe pour cette 45ème édition 195 galeries de 27 pays. Et s’installe dans le peloton de tête des grandes foires internationales aux côtés de la Frieze (Londres et New York) et des trois éditions d’Art Basel (Bâle, Miami et Hong Kong).
Certains déplorent que cette Fiac ne laisse pas assez de place aux galeries françaises émergentes. Mais pour les collectionneurs français, c’est aussi une excellente occasion de faire un tour du monde de l’art en restant dans la nef du Grand Palais. Ils peuvent se laisser porter, cette année encore, par une sélection rigoureuse.

Leur parcours débutera à l’extérieur du Grand Palais. Des projections d’artistes ornent la façade du lieu chaque soir tandis que le tandem Lang & Baummann, représenté par la galerie Loevenbruck, a tapissé la route de bandes colorées, traçant comme un chemin jusqu’au Palais. Une fois à l’intérieur, les allées bruissent, on s’y serait attendu, de conversations sur le Banksy laminé chez Sotheby’s à Londres.

Et des prix atteints par les dernières pièces mises en vente. Comme à chaque grande foire, Challenges a demandé à nos deux « art advisors », Pierre Cornette de Saint-Cyr, marchand d’art, et Philippe Lamy, fondateur du Barter Paris Art Club de nous faire leur sélection, forcément subjective, parmi toutes les galeries étrangères qui ont fait le déplacement ». (1) challenges.fr

Partager