Startup Nation. Attirer les talents. L’attractivité de la France s’améliore.

By |2018-10-24T18:46:54+00:00octobre 24th, 2018|Categories: JOBS, NEWS|
Partager

Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Le programme international WonderLeon, créé en 2015 par Hélène et Frédéric Mazzella pour attirer les talents internationaux, a inauguré mi-octobre dans les locaux de BlaBlaCar sa première Scale-up Job Fair, en partenariat avec l’Insead. Son objectif : mettre en relation des jeunes diplômés de cette business school avec des scale-ups en recherche de nouveau talents (les scale-ups étant des start-up à forte croissance internationale).

Les scale-ups françaises, qui souffrent d’un manque de notoriété à l’étranger, ont du mal à recruter des profils internationaux, surtout dans un contexte de pénurie de talents dans la tech. La solution réside dans le fait d’attirer des expatriés français qui ont une vision datée de l’écosystème français, mais aussi de se présenter aux étudiants non-français présents dans les écoles en France.

Dans un des ses récents articles, les Echos ont rencontré plusieurs étudiants de l’INSEAD, dont des Israéliens, qui considèrent que la France n’est pas le pays le plus attractif pour les startups. Ils estiment que le nombre de licornes en Europe est ridicule par rapport aux Etats-Unis ou en Chine. Et en Europe, Amsterdam et Berlin sont plus attractifs que Paris pour les jeunes diplômés : ce sont des villes jeunes et multiculturelles où l’écosystème est plus dynamique. La lourdeur de l’administration en France, et la difficulté à ouvrir un compte en banquefigurent souvent parmi les reproches qui sont exprimés en premier.

Cependant, l’attractivité de la France s’améliore. Deux-tiers des décideurs internationaux pensent que l’image de l’attractivité de la France est en mouvement et que celle-ci mène une politique efficace de promotion de ses atouts à l’international, selon une étude EY de juin 2018.

L’un des points bloquants les plus importants est en phase de résolution, car Mounir Mahjoubi, nouveau secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et du ministre de l’Action publique, mais toujours en charge du numérique, vient d’annoncer l’évolution et la simplification du French Tech Visa. Au 1er mars 2019, les entreprises identifiées comme entreprises innovantes, appartenant à une communauté French Tech et identifiées par Bpifrance, bénéficieront d’une procédure accélérée pour l’obtention d’un visa pour ses collaborateurs étrangers.

Source : Les Echos et Israël Valley

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment