Partager

Israël: petit guide des choses à faire ou ne pas faire à la synagogue.

A Roch Hachana et à Yom Kippour, il y a un livre de prières spécial appelé « Machzor Tefila » ou « Machzor ».

  • Si vous arrivez sans kippa, la synagogue a généralement un panier de « kippot d’urgence » qui vous sera présenté. Gardez à l’esprit que ce n’est pas un souvenir et que vous êtes invité à la replacer dans le panier à la fin de la prière
  • Dans certaines synagogues, les femmes se voient offrir un foulard pour se couvrir la tête, ce qui est parfois utilisé pour se protéger du froid (au cas où elles ne tiendraient pas compte de la recommandation de s’habiller en fonction de la fraicheur des lieux).
  • Personne ne s’attend à ce que les enfants jeûnent pendant Yom Kippour, mais comme la plupart des fidèles sont des adultes, affamés et nerveux, il ne vaut mieux ne pas laisser les enfants errer dans la salle de prière avec des sachets de bambas et leur demander de manger dehors. Où ils retrouveront probablement aussi les enfants des fidèles avec des piles de Bamba.
  • À Yom Kippour, il n’y a pas de sonnerie du shofar pendant la journée, mais environ 20 minutes avant la fin du jeûne – après la prière de « Neilah ».
  • Conseil: La cérémonie du shofar à Roch Hachana a lieu environ deux heures après le début de la prière, pendant la prière de « Mussaf ». Il y a des communautés qui s’arrêtent entre les prières du matin et le « moussaf » avant les sonneries. La pause est destinée à permettre aux gens de faire du kiddush et de goûter quelque chose pour reprendre des forces pour la suite.
  • Dans beaucoup de synagogues, il y a un kiddoush entre les prières du matin et le moussaf, juste avant les sonneries. Ne restez pas à l’écart, vous êtes invités à vous y joindre.
  • L’officiant mène la prière, et dans la plupart des synagogues, il combine également des mélodies populaires que vous êtes invité à fredonner avec le public.
  • Dans de nombreuses synagogues, il est habituel de « vendre des montées à la Torah ». La raison à cela, ainsi que la raison pour laquelle les synagogues vendent des places, c’est que, contrairement à ce que l’on vous dit, aucune municipalité ne finance le fonctionnement continu de la synagogue. Le nettoyage, l’eau, l’électricité et les rénovations sont payés de leurs poches, il est donc courant d’offrir l’argent lorsque vous montez à la Torah pour les fêtes ou lorsque vous êtes béni après avoir lu.

Source : http://www1.alliancefr.com/

 

Partager