Partager

Sabras israéliens et défis de la vie. Voici des qualités typiquement « sabras » qui aident les Israéliens à affronter les évènements les plus traumatisants. Par Tzivia Reiter.

1. Les Israéliens vivent au jour le jour

Les Israéliens ne sont pas du style à ressasser à l’envi des sujets ou des malheurs qui se sont déroulés il y a des années, des mois ou même qui se sont passés quelques semaines auparavant. L’Israélien vit chaque jour comme un jour nouveau, comme une bénédiction face aux écrasants défis quotidiens. Il ressent que la vie doit être vécue au jour le jour.

2. Les Israéliens considèrent les défis comme partie intégrante du cours normal des évènements

Les Israéliens sont parfaitement conscients que la vie n’est pas un long fleuve tranquille.

Considérer les défis et les sacrifices comme un phénomène normal pour atteindre un résultat souhaité permet sans aucun doute d’atténuer le sentiment de frustration et de gérer ces défis avec succès.

Seules les choses obtenues de haute lutte ont vraiment du poids dans la vie, et ces résultats sont d’autant plus appréciés qu’ils sont le fruit d’une lutte tenace. A vaincre sans péril on triomphe sans gloire…

3. Les Israéliens sont authentiques

Il suffit d’échanger cinq petites minutes avec un Israélien, qu’il soit chauffeur de taxi, commerçant ou étudiant en yéchiva, pour savoir exactement ce qu’il pense. Les Israéliens sont transparents et livrent bien volontiers leurs avis et leurs sentiments sur tous les sujets d’actualité. Ils disent ce qu’ils pensent et pensent ce qu’ils disent. Ils n’ont pas peur de s’exprimer et le font souvent avec une sincérité émouvante et vivifiante.

4. Les Israéliens ont une raison d’être

La grande majorité des Israéliens savent pour quoi ils se battent. Il faut noter que les soldats israéliens sont les militaires moins touchés au monde par les troubles dus au stress post-traumatique. Beaucoup expliquent cette donnée par une tradition non écrite et pourtant respectée par les soldats de l’Etat hébreu : rester en contact avec les familles de leurs frères d’armes tombés au combat, et se préoccuper de leur bien-être tout au long de leur vie. Ce souci de l’autre érigé en préoccupation permanente aide les soldats survivants à trouver un sens à leur vie et à surmonter leurs expériences douloureuses.

5. Les Israéliens ont confiance en l’avenir

Malgré toutes les difficultés auxquelles ils sont confrontés, les Israéliens continuent de répéter “Yhyé tov” : « Tout ira bien ! ». Le désespoir est le pire ennemi du peuple juif, bien plus que tous les adversaires extérieurs qu’il a du combattre.

Par Tzivia Reiter

Source : http://www.aish.fr

Partager