Partager

Nathalie Sosna-Ofir : « Peut-on éviter un conflit armé entre Israël et le Hamas ? Pour une partie de la presse israélienne, une opération de Tsahal à Gaza n’est plus qu’une question de temps et devrait être le seul moyen de stopper la Marche Palestinienne des Exilés qui ne s’essouffle pas.

Encore 20.000 palestiniennes rassemblées près de la clôture de sécurité en fin de semaine, nombreux ont tenté de la franchir et plus de 100 engins explosifs ont été lancés sur les soldats de Tsahal. Le Hamas a considérablement renforcé ses forces ces dernières semaines alors que les négociations de réconciliation avec l’Autorité palestinienne ont échouées, que la crise humanitaire à Gaza s’aggrave et que les pourparlers avec Israël visant à établir un cessez-le-feu de longue durée sont au point mort.

« Nous sommes prêts à tout scénario à Gaza » est le gros titre des journaux ce matin. C’est ce déclaré vendredi le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu depuis New-York prévenant qu’il ne s’agissait pas de vaines paroles.

Depuis plusieurs mois, le Hamas tente d’entraîner Israël vers une conciliation à long terme à coup de pression terroriste déguisée en révolte civile sur la clôture et de ballons incendiaires. Le commandement sud tente de contenir les événements et pendant ce temps les gazaouis manipulés par le Hamas continuent de souffrir.

Malgré tout Israël essaie toujours d’éviter l’inévitable. Mais si incursion à Gaza il y a il faudra, avertissent la majorité des éditorialistes, retirer les leçons de l’opération Plomb Durci et cette fois rester jusqu’à la chute du régime du Hamas. Et ce afin d’éviter un nouveau tour de violences deux ou trois ans plus tard ».

Auteure et Copyrights : Nathalie Sosna-Ofir

Partager