Partager

Les soldats de Tsahal utiliseront une application de cartographie numérique en remplacement des cartes sur papier utilisées depuis la fondation de l’Etat en 1948, a rapporté dimanche le journal hébreu Yedioth Ahronoth. L’armée israélienne commencera à remettre aux commandants de brigades des smartphones équipés de l’application, appelée « Digital Intelligence Assistant, ».

Cette application sera plus simple à utiliser pour les jeunes commandants âgés de 18 à 19 ans. Elle devrait améliorer la maniabilité, la lecture des cartes et les capacités d’orientation des forces armées. Le nouveau système a récemment été testé avec succès dans deux brigades de l’armée israélienne. Ces appareils seront déconnectés du réseau pour des raisons de confidentialité. Les cartes sur papier ne seront pas abandonnées mais serviront de solution de rechange en cas de panne des appareils mobiles. (Source: Agence de presse Xinhua)

LE PLUS. La cartographie moderne est transdisciplinaire et s’applique à quantité de sciences : la géologie pour les géologues, la biologie pour les biologistes, l’urbanisme pour les architectes, la sociologie pour les sociologues… nécessitent une collaboration entre cartographes, experts, et analystes de données. Les données numériques et satellitaires font de l’informatique et de l’informaticien de nouveaux partenaires-clefs, tandis que les netizens rejoignent depuis peu le groupe avec la cartographie 2.0 et la cartographie d’information.

De nos jours, rares sont les cartographes « purs ». Effectivement, la géographie et l’informatique sont couplées : cet ensemble forme la géomatique. Les géomaticiens sont des professionnels capables de réaliser de la cartographie mais aussi de gérer des systèmes d’information (données, bases de données, architectures informatiques…), spécifiquement appelés des SIG.

 

Partager