Partager

La Startup Nation fonctionne avec un Internet lent. En fait, non seulement le débit Internet en Israël est lent, mais il augmente aussi plus lentement que dans les autres pays. L’absence de concurrence sur le marché n’incite guère les deux seuls grands fournisseurs à investir dans des infrastructures coûteuses, ce qui fait que les Israéliens n’ont pas la vitesse dont ils ont besoin dans un monde de plus en plus numérisé.

Selon un rapport publié le mois dernier par M-Lab qui s’est penché sur les vitesses de l’Internet entre juin 2017 et mai 2018, Israël se classe 70e sur 200 pays analysés, et perd du terrain par rapport aux autres nations.

Le pays a une vitesse de téléchargement moyenne de 7,64 mégabits par seconde, bien en dessous de la moyenne mondiale de 9,10 Mbps, pour la période étudiée. Au cours de la même période un an plus tôt, Israël se classait 60e sur les 189 pays étudiés, avec une vitesse de téléchargement moyenne de 7,2 Mbps.

La vitesse d’Internet en Israël est l’une des plus faibles des États européens, juste au-dessus de la Bosnie-Herzégovine, classée 71e.

Les faibles vitesses et l’absence de progrès rapides peuvent être attribués à l’absence de concurrence sur le marché et à l’incapacité des entreprises concernées à investir de l’argent pour déployer l’infrastructure nécessaire à une mise à niveau.

L’étude 2017 de la Knesset 2017 mentionnée ci-dessus a montré qu’en 2002-2015, les investissements dans les infrastructures de communication en Israël ont diminué de 36 %, tandis que les investissements dans les infrastructures de transport, d’énergie et d’eau ont augmenté respectivement de 81 %, 57 % et 165 %.

Source : https://fr.timesofisrael.com

Partager