Partager

La Lituanie (2 823 800 habitants) est un pays client depuis des années des industries militaires israéliennes. La Lituanie souhaite acquérir de l’armement israélien car ses services de renseignement s’inquiètent de la capacité de la Russie de lancer en moins de 24 heures une attaque contre les États baltes.

Selon le chef de l’État de Lituanie : « Il existe de nombreux domaines prometteurs pour développer les relations entre la Lituanie et Israël. La Lituanie s’intéresse particulièrement à une coopération dans les secteurs de l’innovation, les biotechnologies et la recherche scientifique. Les deux pays développent déjà aujourd’hui avec succès des hautes technologies. La Lituanie est leader mondial dans les lasers et les communications, et Israël dans la recherche et l’innovation ».

Un des principaux investisseurs israéliens en Lituanie est l’entreprise pharmaceutique « Teva-Biotech Sicor » qui produit des préparations biopharmaceutiques conformément aux technologies scientifique et de fabrication les plus modernes. De même, les agences d’encouragement des innovations des deux pays réalisent des projets communs dans les domaines des biotechnologies, des télécommunications et de l’électronique.

NETANYAHOU EN LITUANIE. Selon Le Figaro : « La Lituanie veut initier des pourparlers entre les ministres de l’Intérieur de l’UE et d’Israël sur la menace terroriste. Au sein du Conseil des affaires intérieures de l’UE, la Lituanie va initier une discussion avec le ministre israélien de la Sécurité publique sur la menace terroriste et autres problèmes de sécurité », a déclaré à l’AFP le premier ministre Saulius Skvernelis.

Ce dernier a indiqué qu’il avait parlé de cette initiative avec son homologue israélien Benjamin Nétanyahou, qui a entamé la veille une visite de quatre jours en Lituanie visant à renforcer les relations bilatérales et à chercher le soutien aux intérêts d’Israël au Moyen-Orient. La Lituanie, l’un des meilleurs amis d’Israël au sein de l’Union européenne, était à l’origine de l’invitation de Benjamin Nétanyahou à Bruxelles pour une rencontre avec les ministres des Affaires étrangères de l’UE en décembre dernier.

Selon le premier ministre lituanien, son pays reste fidèle aux positions de l’UE sur la solution à deux Etats du conflit palestinien, le statut de Jérusalem et l’accord nucléaire iranien, mais souhaite un dialogue plus direct entre les Européens et l’Etat d’Israël. « Nous voulons que la discussion ait lieu, car cela aiderait à rechercher des compromis sur des problèmes internationaux complexes », a souligné Saulius Skvernelis.

Selon les autorités lituaniennes, aucune date n’avait encore été fixée pour l’éventuelle réunion des ministres de l’Intérieur de l’UE et d’Israël et son format dépendrait de la réaction de Bruxelles et des capitales d’Europe occidentale, plus critiques à l’égard d’Israël et de l’occupation du territoire palestinien. Les premiers ministres letton et estonien se joindront aujopurd’hui à leurs homologues lituanien et israélien pour des entretiens au cours desquels Netanyahu devrait notamment chercher leur soutien à des pressions plus intenses sur l’Iran ».

LE PLUS. La Lituanie est le pays le plus au sud des États baltes. Ancien pays du bloc soviétique, elle est frontalière de la Pologne, la Lettonie et la Biélorussie. Vilnius, la capitale située près de la frontière avec la Biélorussie, est réputée pour sa vieille ville médiévale. Elle présente également une architecture gothique, Renaissance et baroque, ainsi qu’une cathédrale du XVIIIe siècle construite sur le site d’un temple païen. Perchée sur une colline, la tour de Gediminas est un symbole de la ville et du pays offrant une vue sur les alentours.

Partager