Golda Meir: « Le pessimisme, un luxe qu’un Juif ne peut jamais se permettre »

By |2018-08-08T09:34:38+00:00août 8th, 2018|Categories: CULTURE|
Partager

n l’honneur du 70e anniversaire de l’Etat d’Israël voici mes 70 raisons d’aimer Israël. Ma déclaration ! C’est un choix personnel et non exhaustif où le futile se mêle à l’essentiel ».

J’aime Israël :

  1. Rien n’est fini, tout est encore possible
  2. Parler l’hébreu !
  3. La terre promise, la terre de nos ancêtres
  4. La Start-Up Nation qui a créé la clé USB, Waze et Mobileye
  5. L’énergie de la jeunesse
  6. Une agréable impression de ne pas être une minorité
  7. Vivre dans le temps hébraïque, suivant les fêtes, se dire Shabbat Shalom, Shavoua tov et Hag sameah !
  8. Le mélange des cultures
  9. Les tomates cherry, les raisins et les pastèques sans pépins
  10. La faculté de transformer une idée en réalité
  11. La littérature israélienne : Agnon, Yoram Kaniuk, Haïm Gouri, Amos Oz, Aharon Appelfeld, A.B. Yehoshua, Orly Castel-Bloom, Zeruya Shalev, David Grosmann, Yaakov Shabtai, Yehoshua Kenaz, Etgar Keret et tant d’autres
  12. Une jeunesse prête à se mobiliser, que ce soit à l’armée ou dans le service civil
  13. La créativité dans tous les domaines : En Israël, un pays dépourvu de ressources naturelles, nous avons appris à apprécier notre plus grand bien national : notre esprit. Grâce à la créativité et à l’innovation, nous avons transformé les déserts arides en champs prospères et nous avons repoussé les frontières de la science et de la technologie, Shimon Peres
  14. Le dynamisme de la société civile
  15. Les contradictions
  16. La variété des paysages, du Machtesh Ramon au Mont Hermon, de Kyriat Shmoné à Eilat, du Sahné à Ein Guédi
  17. Le sourire, l’indépendance et la vivacité des enfants
  18. Jérusalem
  19. Le pays du kibboutz et du mochav
  20. Les odeurs de jasmin et de fleurs d’oranger
  21. Les gens se regardent dans les yeux et font cas les uns des autres
  22. Le Dôme de fer pour se protéger des missiles
  23. Les oiseaux et notamment ceux qui passent par la réserve de la Houlah
  24. Un cinéma de qualité et sans concessions
  25. On y chauffe l’eau à l’énergie solaire et l’eau étant rare, on installe des usines de dessalement
  26. L’un des plus beaux musées du monde, le Musée d’Israël à Jérusalem
  27. Des fouilles archéologiques incroyables qui ont mis à jour des trésors inestimables dont de très belles mosaïques
  28. L’Orchestre philharmonique d’Israël
  29. Parce que j’aime y entendre parler, à part l’hébreu, l’arabe, l’anglais, le français, le russe, l’amharique, le yiddish, l’espagnol et d’autres langues encore et aussi l’hébreu parlé avec des accents de toutes ces langues
  30. L’optimisme : Le pessimisme est un luxe qu’un Juif ne peut jamais se permettre, Golda Meir
  31. Parce quoiqu’il arrive, je vibre quand j’entends l’HaTiqva
  32. Yad Vashem et la transmission de l’histoire de la Shoah
  33. L’Etoile de David est une fierté et non un opprobre
  34. La diversité des visages
  35. Le dialogue perpétuel parfois tendu entre la culture juive et Israël
  36. Le Shvil Haaretz, le sentier de randonnée israélien qui traverse tout le pays du Nord au Sud
  37. La culture et la recherche sur le cannabis à usage thérapeutique à la pointe en Israël.
  38. Une création musicale variée et dynamique
  39. L’héroïsme des soldats
  40. Un pays en guerre qui a réussi à rester démocratique
  41. Le vin
  42. Des Wonder Woman comme Gal Gadot, Golda Méïr, Ronit Elkabetz, Ada Yonat, Esther Orner, Gila Almagor, et toutes les femmes israéliennes que j’admire
  43. Des surfeurs même si les vagues ne sont pas toujours là et des patineurs de qualité même si la glace est très rare !
  44. Le houmous, le falafel, la tehina, la shakshuka et les bambas
  45. La danse et notamment Bat Sheva et Ohad Naharin
  46. Les concerts en plein air et sans violence
  47. Partout ailleurs, il y a l’ombre et la lumière. Ici, il n’y a pas d’ombre : même l’ombre est lumineuse disait le peintre Reuven Rubin et les cieux semblent quelquefois être bibliques
  48. Le plaisir de chanter ensemble et l’amour pour les danses folkloriques
  49. Des jeunes prennent le relai de la mémoire comme par exemple dans l’initiative de la Mémoire dans le Salon
  50. La décontraction
  51. Le recueillement à Yom HaZikaron et le silence à Yom Kippour
  52. La merveilleuse poésie hébraïque, Avot Yeshurun, Yehuda Amihai, Lea Goldberg, Zelda, Dalia Ravikovitch
  53. Le street-food et les jus de fruits frais dans la rue
  54. La fierté immense quand Israël gagne une médaille, un oscar, un prix littéraire ou l’Eurovision
  55. Quelquefois (pas toujours !), la houtspah, le toupet israélien
  56.  La sensation de faire partie d’une aventure incroyable presque cosmique
  57. La ténacité
  58. De l’art en plein essor et de l’audace dans la mode
  59. Les contrastes : La maison de David Ben Gourion à Sdé Boker et l’hôtel Beresheet à Mitspe Ramon
  60. Tel Aviv, où il fait bon marcher
  61. Les séries : Hatufim sur lequel est basé Homeland, Fauda, etc…
  62. Les marchés et la production agricole
  63. Les opérations du type Tapis Volant, Moïse pour ramener les Juifs du Yémen et d’Ethiopie en Israël
  64. L’intrépidité qui ont conduit à des actions héroïques comme la libérations des otages d’Entebbé ou le bombardement du réacteur nucléaire irakien d’Osirak
  65. Les drapeaux bleu et blanc
  66. Les plages et le désert
  67. La fierté d’avoir douze Prix Nobel
  68. Les bougainvillées, les palmiers et la floraison au printemps
  69. L’intensité de la vie
  70. Avoir l’impression de participer à un miracle : Quiconque ne croit pas aux miracles n’est pas réaliste, David Ben-Gourion

Source : http://kefisrael.com/2018/04/18/70-raisons-daimer-israel/

LE PLUS.

J’ai créé le blog Kef Israël le 3 décembre 2008, après mon retour en Israël en août 2008. J’ai voulu faire partager mon amour de ce pays. Je parle de ma vie quotidienne, de ce que je mange, de ce que je lis, de ce que je vois.

Kef Israël en chiffres : (décembre 2008-janvier 2018)

Nombre de visiteurs uniques depuis la création du blog : 807 488

Nombre d’abonnés sur la page Facebook : 11 763

Nombre d’abonnés sur Instagram :1807

Nombre d’abonnés sur Twitter : 1453

Nombre d’articles écrits : 1358

Nombre de visiteurs uniques le mois de janvier 2018 : 10 541

Des  billets:

  • sur les start-up israéliennes parce que c’est le domaine de mon fils Dan Peguine.
  • sur l’art contemporain israélien parce que ma fille Sarah anime une page Facebook et un blog incontournable.
  • sur le surf en Israël parce que c’est la passion de ma fille Anaël.
  • sur  Tel Aviv parce que je l’arpente dans tous les sens!
  • sur la rue Dizengoff parce que c’est là qu’avec Charles Peguine, j’ai ouvert Palais des Thés Israël.
  • sur la littérature parce que c’est ce que j’aime!
  • sur la culture israélienne
  • et d’autres sujets insolites et intéressants juste pour le kef!

Rachel Samoul est née à Aix-en-Provence, originaire d’une famille d’Aïn-Temouchent (Algérie). Elle a vécu de 1998  à 2008 à Bruxelles où elle était responsable de la promotion de la culture israélienne à l’Ambassade d’Israël en Belgique et au Luxembourg. Depuis août 2008, elle est de retour à Tel Aviv. Elle a écrit pour l’Arche. Elle a fait partie du comité de rédaction de Continuum, la revue des écrivains israéliens de langue française.
« Bouquet de coriandre » (2007) aux Editions Complexe est son premier livre publié.

Vous pouvez la rencontrer au Palais des thés Israël, 131 rue Dizengoff, Tel Aviv ou la contacter par mail rachel.samoul@gmail.com

 

Partager