L’Ambassadeur américain en Israël était à Adam. Avocat, Juif orthodoxe.

By |2018-08-11T23:18:41+03:00août 11th, 2018|Categories: POLITIQUE|
Partager

Les israéliens, au moins ceux qui votent Likoud, l’admirent. Qui est donc cet Ambassadeur en poste en Israël qui se rend à Adam (implantation) pour saluer une famille en deuil? Ce ne peut-être que David Friedman.

Selon (1) : « David Friedman, premier ambassadeur américain en Israël à se rendre dans une implantation pour visiter la famille d’une victime du terrorisme. Il était à Adam où Yotam Ovadia a été assassiné à coups de couteau . Un geste qui préfigure un changement de politique américaine ».

Selon i24 News : « Le haut responsable américain chargé de négocier la paix au Moyen-Orient, Jason Greenblatt, a fustigé l’Autorité palestinienne pour n’avoir pas condamné l’attaque terroriste dans l’implantation d’Adam près de Jérusalem qui a fait un mort et plusieurs blessés. L’envoyé spécial Jason Greenblatt a décrit l’agression comme une « attaque barbare supplémentaire ».

« Quand est-ce-que le président Abbas et les dirigeants palestiniens condamneront-ils la violence? Nos pensées et nos prières accompagnent les victimes et leurs familles ce soir », a-t-il écrit sur Twitter. Ce tweet est survenu après qu’un adolescent palestinien s’est introduit dans l’implantation d’Adam et a poignardé trois personnes avant d’être abattu ».

Selon sa fiche Wikipedia : David Melech Friedman, né le à Woodmere (État de New York), est un avocat américain. Il est ambassadeur des États-Unis en Israël depuis 2017. De confession juive orthodoxe, David Friedman est l’un des quatre enfants du rabbin Morris S. Friedman.

En décembre 2016, il est désigné par Donald Trump pour être l’ambassadeur des États-Unis en Israël. Il se déclare en faveur de la colonisation et de l’annexion par Israël des territoires palestiniens sous occupation. Il entre en fonction le 15 mai 2017. Il est qualifié de « fils de chien » par Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne le 19 mars 2018.

(1) Post de Bernard Abouaf de Radio Shalom)

 

 

 

Partager