Un zest d’Israël. Simone Veil à l’ESCP Europe avait oublié de lire un texte…

Partager

TEMOIGNAGE. Simone Veil s’est retrouvée un jour dans un amphi bondé (+200 étudiants) de l’ESCP Europe pour présenter son dernier ouvrage. Un jeu de questions-réponses. La conférence était passionnante. C’est la fin. Tout le monde se lève pour l’applaudir. A un moment, surprise! Simone Veil demande aux étudiants de s’asseoir à nouveau. Et là, elle dit : « j’avais oublié de vous dire. Je voulais vous lire un texte de Aaron Appelfeld. C’est un auteur israélien qui a connu la déportation et qui mérite d’être lu et connu. » Et elle se met à lire durant trois bonnes minutes… Inoubliable. (Daniel Rouach)

Aharon Appelfeld, né le à Jadova, près de Czernowitz (alors en Roumanie) et mort le à Petah Tikva en Israël, est un romancier et poète israélien. Il est considéré comme un des plus importants écrivains israéliens de langue hébraïque de la fin du XXe siècle. Il a reçu de nombreux prix littéraires, dont le prix Israël en 1983 et le prix Médicis étranger en 2004.

Sa mère est tuée en 1940 alors que le régime roumain commence sa politique meurtrière envers les Juifs. Le nord de la Bucovine, dont Czernowitz, est annexé en juin 1940 par l’Union soviétique en conséquence du pacte Molotov-Ribbentrop, avant d’être occupé par la coalition germano-roumaine en 1941. Aharon Appelfeld connaît le ghetto puis la séparation d’avec son père et la déportation dans un camp à la frontière ukrainienne, en Transnistrie, en 1941. Aharon Appelfeld parvient à s’évader à l’automne 1942. Il se cache dans les forêts d’Ukraine pendant plusieurs mois au milieu de marginaux de toutes sortes.

Il trouve refuge pour l’hiver chez des paysans qui lui donnent un abri et de la nourriture contre du travail, mais il est obligé de cacher qu’il est juif. Dans Histoire d’une vie, il explique : « Plus de cinquante ans ont passé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le cœur a beaucoup oublié, principalement des lieux, des dates, des noms de gens, et pourtant je ressens ces jours-là dans tout mon corps. Chaque fois qu’il pleut, qu’il fait froid ou que souffle un vent violent, je suis de nouveau dans le ghetto, dans le camp, ou dans les forêts qui m’ont abrité longtemps. La mémoire, s’avère-t-il, a des racines profondément ancrées dans le corps. Il suffit parfois de l’odeur de la paille pourrie ou du cri d’un oiseau pour me transporter loin et à l’intérieur. »

HOMMAGE. Dans 20 MINUTES : « Pour l’entrée au Panthéon de Simone et d’Antoine Veil ce dimanche, la République n’avait pas déroulé le tapis rouge. A la place, c’est un tapis bleu qui avait été posé de la rue Soufflot jusqu’à l’intérieur du temple républicain. Selon l’Elysée, cette couleur « symbolise la Paix, l’entente entre les peuples, et bien sûr, l’Europe » : des thèmes chers à celle qui connut l’enfer d’Auschwitz avant de se battre pour la construction européenne et de devenir présidente du Parlement européen en 1979.

Ce nouvel hommage, après celui rendu aux Invalides en 2017 juste après sa mort, a attiré des milliers de personnes en plein cœur de Paris. « C’est très important pour moi d’être là, explique Karine, une enseignante venue de Drancy (Seine-Saint-Denis). C’est quelqu’un que je suis depuis très longtemps. C’est une femme hors du commun ». En attendant le passage du cortège, elle feuillette une BD sur la vie de Simone Veil : « C’est pour mes élèves. Je la mettrai au fond de la classe afin qu’ils puissent la découvrir ».

« Aujourd’hui, on retrouve des petites « Simone Veil » un peu partout »

Au moment où les deux cercueils font leur apparition, la foule applaudit, comme pour remercier une dernière fois celle qui fut pour beaucoup une héroïne de la vraie vie. « Simone Veil, c’est quelqu’un qui a valorisé la Femme, affirme Catherine. Elle l’a fait de manière très moderne, elle était très courageuse et n’avait pas froid aux yeux ». Pour symboliser cet engagement, le cortège a d’ailleurs marqué un arrêt devant l’un des panneaux retraçant la vie de l’académicienne : celui commémorant la « loi Veil » de 1975 sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG). »

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment