Partager
Les problèmes d’alimentation sont extrêmement présents dans nos sociétés occidentales. Parmi eux, le binge eating, pratique qui consiste à s’alimenter très rapidement avec de la nourriture riche en calories. Les chercheurs cherchent à comprendre les causes de ce phénomène, qui pourrait être dû, au moins partiellement, au stress prénatal de la mère.

Le stress affecte notre corps de multiples manières : perte ou prise de poids, problèmes psychiques ou cardiaques…  Ce champ de recherche est généralement difficile à faire progresser tant les maladies mentales sont encore peu reconnues dans nos sociétés et du fait de la complexité du cerveau. Il est cependant légitime de s’interroger sur les moments où ce stress est le plus nocif pour notre corps. D’après les statistiques, une partie des chercheurs affirment que le moment le plus critique se situe durant la période prénatale, pendant le développement de l’embryon.

Pour la première fois, des chercheurs de l’institut Weizmann en Israël, épaulés par des chercheurs allemands de l’institut Max Plank, ont montré le lien de causalité entre le stress prénatal et le binge eating.

Ce problème alimentaire est caractérisé par une consommation massive de nourriture riche en calories durant une brève période de temps. Ce binge eating touche entre 1.9 et 3.6 % des femmes et deux fois moins d’hommes. Cette tendance est généralement accompagnée de risques de pression artérielle élevée, diabète, problèmes cardiaques mais aussi dépressions et faible estime de soi.

Source et Copyrights : Publication dans Cell Metabolism (2017)
Auteur : Samuel Cousin, post-doctorant à l’Institut Weizmann, pour le BVST
Source Israel Science Info

Partager