Partager

Le Mémorial de la Shoah invite le public à rendre un dernier hommage à Simone Veil et son époux, Antoine Veil, le samedi 30 juin de 10h à 18h. Les cercueils sont exposés dans la crypte située sous le parvis du Mémorial de la Shoah avant leur entrée au Panthéon le dimanche 1er juillet. Simone Veil a été membre fondateur du Mémorial de la Shoah, puis présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah de 2001 à 2007.

Francois Heilbronn : « Depuis ce matin leurs cercueils reposent dans la crypte du Mémorial veillés par les Gardes Républicains, avant leur entrée au Panthéon dimanche.Le drapeau tricolore les recouvre et non loin de là dans les branches de l’étoile de David il y a 6 urnes contenant les cendres de juifs assassinés dans les principaux camps d’extermination ainsi qu’au Ghetto de Varsovie. Simone est près des siens de celles et ceux qui ne l’ont jamais quittée ».

Le Figaro : « L’ancienne ministre et académicienne, décédée il y a près d’un an, sera inhumée au Panthéon aux côtés de son mari, dimanche 1er juillet à 11h. Du cortège qui partira du Mémorial de la Shoah, jusqu’à l’exposition affichée sur les grilles de l’édifice, Le Figaro détaille le déroulé de la cérémonie.

Il y a près d’un an, le 30 juin 2017, une «immortelle» s’éteignait, laissant derrière elle, une France endeuillée. Un hommage national aux Invalides venait couronner le 7 juillet, les éloges prononcés de toute part pour l’ancienne ministre de la Santé. Son entrée au Panthéon était pour beaucoup une évidence. Emmanuel Macron était déjà en train de l’officialiser que sa famille rappelait les mots de son mari Antoine Veil décédé en 2013: «nous avons vécu 67 ans ensemble, ce serait bien que l’on ne soit pas séparé.» Un vœu exaucé puisque les deux époux seront inhumés ce dimanche 1er juillet, côte à côte sous la coupole. Le Figaro vous dévoile le programme de cette cérémonie en l’honneur de la rescapée de la Shoah devenue ministre ».

Les dépouilles des deux défunts partiront du Mémorial de la Shoah. Le cortège traversera la Seine avant de gravir de la montagne Sainte-Geneviève pour rejoindre le Panthéon. Ce parcours très symbolique, rend hommage à la rescapée des déportations de juifs pendant l’Occupation. En 1944 Simone Veil, alors âgée de 16 ans, est envoyée au camp d’Auschwitz-Birkenau. Elle échappe par miracle à la «solution finale» nazi. Son frère Jean n’est lui jamais revenu. Sa vie fut marquée par son combat pour transmettre cette partie sombre de l’histoire. Par la littérature et la rédaction d’Une Vie, son autobiographie particulièrement brillante. Mais aussi par son engagement au sein de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, qu’elle présida six ans. Lors de l’hommage national rendu dans la cour des Invalides à la défunte, une interprétation poignante du Chant des déportés avait été entonnée.

 

Partager