Partager

Question du Jour. En Israël, c’est une histoire impensable. Comment peut-on avoir le culot de vouloir faire payer des mendiants… pour pouvoir exercer la mendicité ? De plus en plus de maires en Europe et en France en particulier prennent des arrêtés pour éloigner les mendiants du cœur des villes. Ces interdictions de la mendicité sont assorties de peines d’amende. En Israël cette pratique n’existe pas.

Selon(1) : »Les sans abris et les personnes dans le besoin ne pourront plus librement faire appel à la générosité des gens dans les rues d’Eskilstuna. Cette ville suédoise de près de 70.000 habitants située à une centaine de kilomètres à l’ouest de Stockholm va mettre en place un permis de mendier obligatoire. Pour l’obtenir, il faudra s’acquitter de 150 couronnes, soit l’équivalent de 15 euros. Sans ce permis, les mendiants se verront infliger une amende.

La mesure, votée par le conseil municipal, a été soutenue par les socio-démocrates, les centristes, les conservateurs et l’extrême droite. Elle a en revanche reçu l’opposition des écologistes, du parti de gauche, des libéraux et des chrétiens-démocrates.

Selon un élu social-démocrate, ce permis va permettre de recenser les populations dans le besoin, de tisser des liens avec les associations et les services sociaux, mais aussi d’identifier les trafics. Et le cas échéant « les aider à rentrer dans leur pays ».

Le Premier ministre, Stefan Löfven (social-démocrate), a jugé la mesure « intéressante ». Il en a profité pour rejeter la proposition des conservateurs et de l’extrême droite, qui cherchent à interdire purement et simplement la mendicité à l’échelle du pays, un débat récurrent dans ce pays scandinave, selon The Local.

La commune de Vellinge, au Sud du pays, avait tenté d’interdire la mendicité, mais la cour de justice du comté a invalidé la mesure en février. À Eskilstuna, le permis de mendicité sera obligatoire à partir du mois d’octobre, mais la mesure doit d’abord obtenir l’aval du comté. »

(1) BFM (Copyrights)

Partager