Partager

 

Plus de 100 personnes ont assisté à une conférence de sociétés de cannabis inscrites à la Bourse de Tel-Aviv (TASE) menée par la société israélienne de relations avec les investisseurs et de relations publiques « The Investor ». L’auditoire comprenait des institutions soigneusement sélectionnées, des investisseurs dans les actions de Yeter, des agriculteurs et les médias, ainsi que des représentants du TASE, qui se sont réjouis de l’essor d’un nouveau secteur sur le TASE.

Nissim Bracha, PDG de Together , a déclaré: «D’ici à la fin de 2018 ou en 2019, pour être prudents, nous serons déjà en mesure de produire du cannabis sur notre ferme en Afrique». Il a noté que le processus d’obtention des approbations et de mise en place de la ferme en Afrique était relativement court et que le coût de production était plus bas qu’en Israël. Il a estimé le coût de production d’un gramme de cannabis en Israël à 0,50 dollar (bien que certains participants aient remis en question ce chiffre trop optimiste).

Bracha n’a pas révélé dans quel pays africain se trouvait la ferme, mais a déclaré que c’était un pays à partir duquel l’exportation de cannabis était autorisée et que le cannabis avait déjà été exporté de ce pays vers le Canada par le passé. En même temps, il a noté que toutes les entreprises canadiennes n’étaient pas au courant de cette possibilité, raison pour laquelle il ne révélait pas quel pays était utilisé pour la culture. « Je ne veux pas que d’autres producteurs, pas forcément israéliens, se tournent vers le même pays », a-t-il déclaré. « A l’heure actuelle, nous avons la seule autorisation accordée à une société étrangère de cultiver du cannabis dans le pays, mes concurrents le découvriront d’eux-mêmes, mais cela pourrait leur prendre beaucoup de temps. »

 

Source : israelValley & Globes

Partager